Escribe una reseña

Le Loup de Firestone

Todos los derechos reservados ©

Sinopsis

Dans une contrée lointaine, entourée de forêts et de montagnes vit une meute à l’opposée de ce que nous imaginons. A la tête de celle-ci se trouve Jackson, un Alpha impitoyable avec ses ennemis. Cependant, une rencontre avec son « destin » mettra ses nerfs à rude épreuve. Cette rencontre le sauvera-t ’il de sa malédiction ou sera-t-il damné à jamais ?

Genero:
Fantasy / Erotica
Autor/a:
Hailey F. Mily
Estado:
En proceso
Capítulos:
17
Rating:
4.5 21 reseñas
Clasificación por edades:
18+

Chapitre 1

Faith

D’aussi loin que je me souvienne, ma famille est extrêmement riche. Je ne me suis jamais vraiment demandé d’où cet argent provenait.

Il faut dire que ma petite sœur et moi avions interdiction de poser des questions d’ordre financier. Par ailleurs, nous n’avions pas le droit d’appeler nos parents « Maman » et « Papa ».

Non, il fallait impérativement que nous les appelions « Monsieur » et « Madame » et nous devions également les vouvoyer.

N’en déplaise à ma sœur, cette petite peste. Je la nomme de cette façon car elle s’est toujours comportée comme telle.

Jusqu’à leur accident qui leur a coûté la vie à tous les trois, j’avais été obligée de suivre des cours d’arts martiaux cinq jours par semaine et les deux jours restant été consacrés à l’école.

C’est dire que je n’avais pas un moment à moi.

J’avais également interdiction de me couper les cheveux ou de m’habiller simplement comme les personnes normales contrairement à ma sœur qui elle avait le droit de vivre normalement, de fréquenter une école normale et même d’avoir des amis.

Autant dire que je me sentais très seule, surtout lorsque ma sœur et ses amies prenaient plaisir à m’humilier et que ça amusait nos parents.

Le lendemain, nos parents et elle sont partis faire du camping en forêt alors que je devais rester ici pour faire une journée complète avec différents arts martiaux.

Depuis ce jour, je suis orpheline.

D’après le shérif du comté, ils ont été attaqués par un animal féroce.

Normalement, après ce tragique accident et pour toucher leur héritage, je devais aller chez mon oncle mais comme je ne voulais pas de cet argent, j’ai pris un billet simple loin, très loin d’ici où je pourrais vivre ma vie librement.

Voilà ce qui m’amène aujourd’hui à…

Mince, c’est quoi le nom de cette ville déjà ? Ah oui !

Firestone.

Je suis en ville depuis ce matin. J’ai trouvé un petit hôtel sympa et pas excessivement cher. Après avoir pris ma chambre et déposé mes affaires dans celle-ci, je suis allée demander à la réceptionniste s’il y avait un coiffeur dans les environs.

Après quoi, je m’y suis vite rendue et me suis fait couper les cheveux en un magnifique carré plongeant long.

Le coiffeur m’a fait un soin des cheveux, ils n’ont jamais été aussi beaux et doux.

Ce qui me ramène à l’instant présent.

Je viens de sortir de chez le coiffeur et j’ai extrêmement faim ! J’aperçois un peu plus bas une terrasse de ce qui semble être un restaurant alors je m’empresse d’y aller.

Mon ventre fait des bruits tellement douteux qu’on pourrait croire je suis un ogre et non une humaine. J’ai tellement honte, j’espère que personne ne m’a entendu.

Je constate qu’il reste une table de libre alors je m’y installe. La salle de ce restaurant est pleine à craquer, ce qui signifie que la nourriture doit y être excellente.

A peine installée, je remarque que la quasi-totalité du restaurant me fixe et je dois admettre que ça me met vraiment mal à l’aise mais j’ai tellement faim que je décide de passer outre.

Un serveur arrive et prend ma commande. En moins de quinze minutes, mon plat arrive.

J’ai pris des lasagnes avec une petite salade verte, un vrai délice. Je comprends maintenant pourquoi il y a autant de monde.

Mon repas terminé, je me lève et me dirige à la caisse pour régler ma note puis je sors du restaurant.

Je décide par la suite de me rendre à l’épicerie du coin afin de prendre des en-cas à grignoter pour ce soir.

Demain matin, je prendrais mon petit-déjeuner dehors et j’en profiterais pour chercher du travail.

Je sais que je n’ai pas d’expérience, mais je trouverais bien quelque chose. C’est du moins ce que j’espère.

Après une bonne balade dans la ville, je décide de rentrer. Le soleil ne va pas tarder à se coucher et comme je ne sais pas si le coin craint la nuit, je ne préfère pas tenter le diable.

Une fois dans la chambre, je verrouille la porte et pose mon petit sac en papier sur le lit. Une bonne douche me fera le plus grand bien alors je sors mon pyjama et mes affaires de toilette avant de me diriger dans la salle de bain.

Il n’y a qu’une simple douche mais au moins, ils mettent à disposition de leurs clients un sèche-cheveux.

Je prends donc une douche rapide et retourne dans la chambre. Je mets une chaîne au hasard sur la télévision puis vais faire un café. Je me suis acheté du cappuccino soluble ainsi que quelques gâteaux pour ce soir.

Je ne sais pas à quel moment, mais je me suis endormie car en ouvrant les yeux, il y avait déjà un grand soleil dehors.

Mince, je devais être sacrement fatiguée.

Je me débarbouille rapidement puis me prépare pour aller prendre un petit déjeuner dehors.

En allant à la boulangerie, je commande un café avec un donut au chocolat. Je constate qu’ils vendent également le journal local donc j’en prend un aussi puis m’installe à une table en terrasse.

La petite brise du matin me fait un petit peu frissonner alors je me réchauffe un peu avec mon café et j’en profite pour feuilleter le journal.

Une fois sur la page des offres d’emploi, je la parcours en vitesse et je tombe sur une annonce à laquelle je pense pouvoir postuler car il y a marqué qu’il n’y pas besoin d’expérience ou de diplôme.

Je saute donc sur l’occasion et j’appelle le numéro indiqué.

Après trois sonneries, un homme décroche le téléphone et me répond d’une voix bourrue.

« Allo !? »

« Bonjour, excusez-moi de vous déranger. Pourrais-je parler à Monsieur… Grindal s’il vous plaît ? »

« C’est moi-même ! Que puis-je faire pour vous ? »

« Eh bien, je suis nouvelle en ville et je suis à la recherche d’un emploi. Si l’annonce dans le journal est toujours d’actualité, je souhaiterais avoir un entretien avec vous pour y postuler. »

Je l’entends rire au téléphone, ce qui je dois l’avouer me rend plutôt nerveuse puis il se reprend.

« Écoutez ma p’tite dame. Venez à 17h tapante aujourd’hui pour nous verrons ensemble si ce travail est fait pour vous. »

« Parfait, je serais là ! Merci beaucoup et à tout à l’heure. »

Il se remet à rire puis raccroche. J’ai hâte d’avoir cet entretien et j’espère vraiment décrocher ce job.

Quelques heures plus tard, me voilà dans le bureau de monsieur Grindal. Après avoir longuement discuté, il me propose de faire un essai le soir-même qui se déroulera finalement sans accros.

Trois mois et demi plus tard, je travaille toujours au bistrot « Ambroisie ». Je me suis liée d’amitié avec Cléa qui est un peu plus âgée que moi et qui travaille là-bas aussi comme serveuse.

Nous sommes rapidement devenues proche et je me sens enfin chez moi ici.

J’ai toujours ma chambre à l’hôtel en attendant de pouvoir prendre mon propre appartement car même avec les pourboires, nous ne gagnons pas non plus une fortune mais au moins, j’économise facilement pour avoir quelque chose de décent.

Je suis en train de nettoyer les verres au bar après avoir fermé la porte du bistrot aux clients lorsque Cléa vient me voir.

« Ma belle, on mange ensemble ce soir ? J’ai une super proposition à te faire. »

« Oh, c’est vraiment gentil de ta part Cléa mais c’est moi qui m’occupe de la fermeture ce soir. Demain si tu veux ? »

« Merde, ça craint ! Oups, désolée je ne devrais pas parler comme ça ! Mon frère me tuerait s’il m’entendait jurer. »

« Tu as un frère et tu ne me le dis que maintenant ? T’abuses, tu connais déjà toute ma vie toi ! »

Elle se met furieusement à rougir et moi je me mets à rire violement.

« Détends-toi, je te taquine ! »

« Il vient demain soir à la maison donc je pourrais faire les présentations. Je passerais te prendre « chez toi » à 19h pétante alors sois prête ma belle. »

« Va pour 19h alors. A demain. »

Une fois toutes les serveuses parties, je me retrouve seule au bistrot.

Je termine de nettoyer les tables, je range la vaisselle puis je vais jeter les poubelles à l’arrière du restaurant.

Depuis que je travaille ici, je peux affirmer que je déteste jeter les poubelles. Ce n’est pas le fait d’accomplir cette tâche qui me dérange, mais plutôt la ruelle en elle-même.

Il n’y a pas beaucoup de lumière et à chaque fois que j’y vais, je ne me sens vraiment pas à l’aise et ce soir ne fait pas exception.

Je commence à jeter quelques poubelles lorsque j’entends un bruit sourd à ma droite. Je regarde dans cette direction mais je ne vois rien.

Comme la ruelle est sale et mal éclairée, je me dis que c’est probablement un rat qui a foncé dans un tas d’ordure donc je m’empresse de finir lorsque quelqu’un se jette sur moi et me ceinture de dos.

« Alors ma joli, qu’est-ce qu’un joli petit cul comme le tiens vient faire ici ? Je serais ravi de te ravager. »

Il empeste l’alcool et commence à me toucher.

« Lâchez-moi putain ! »

« Non, non, non. Je vais faire ce que je veux de toi. Tu vas voir, tu vas aimer ça. »

« J’ai dit lâchez MOI ! »

Je vais pour me débattre mais au moment où je veux l’attaquer, ses mains sont arrachées de mon corps et lorsque je me retourne, il n’y a plus personne. Comme si cela avait été le fruit de mon imagination.

Je retourne à l’intérieur et ferme la porte à double tours et sans prendre la peine de me changer, je prends mes affaires et rentre chez moi en vitesse.

De retour dans ma chambre, je m’empresse de prendre une douche, j’ai l’impression de sentir ses mains dégoûtantes partout sur moi. Je me suis lavée deux ou trois fois pour me sentir mieux.

Je suis contente d’être en congés durant deux jours d’affilés. Sans prendre le temps de manger, je me couche et m’endors dès lors que ma tête touche l’oreiller.

Le lendemain, je passe la journée à regarder la télé tout en m’empiffrant de cochonneries. C’est dire que la journée est passée très vite.

Vers 17h30, je prépare mes vêtements pour ce soir. Je décide d’opter pour un chemisier blanc à manches courtes avec un léger décolleté, un jean bleu clair et des sandales blanches puis je vais sous la douche.

Une fois prête vestimentairement parlant, je me maquille avec un fard à paupière couleur taupe, un peu d’eye-liner et du mascara.

A 19h pile, Cléa m’appelle pour me dire qu’elle est en bas de chez moi alors je la rejoins vite.

« Hey ma belle ! Contente de voir que tu es ponctuelle même en dehors du travail. »

« Mais c’est que t’es drôle ce soir toi. Tu sais très bien que je le suis toujours. »

« C’est vrai. Bon, trêve de bavardage, il faut qu’on y aille. Mon frère ne devrait pas tarder à arriver chez moi. »

Nous montons dans sa voiture et nous dirigeons vers la forêt. Le chemin qu’elle emprunte et faiblement éclairé par quelques lampadaires, juste assez pour voir où nous allons.

« Je sais que je te l’ai déjà dit, mais tu ne pouvais pas vivre en ville comme les gens normaux ? C’est un peu angoissant de vivre dans la forêt je trouve. »

« Et tu sais que j’aime ma tranquillité alors la réponse est toujours la même… Non. Pourquoi trouves-tu que c’est angoissant ? Je veux dire, j’ai énormément de voisins même si tu ne les vois pas et il ne s’est jamais rien passé ici jusqu’à présent. »

« Oui, je sais. C’est probablement parce que c’est trop calme ici et que j’ai l’habitude du bruit de la ville. »

« Oui, ça doit être ça. Aller ma belle, nous sommes arrivées à destination. »

Une fois chez Cléa, nous allons dans la cuisine et nous commençons à préparer le repas de ce soir ou plutôt, le mettre dans un plat puis le passer au four puisqu’elle a commandé un gratin dauphinois chez le traiteur.

Il lui a d’ailleurs recommandé de faire une salade car apparemment, ça se mari bien avec le gratin donc c’est la seule chose que nous préparons à proprement dit.

« Faith, tu veux boire quelque chose en attendant que mon frère arrive ? »

« Bien sûr. Qu’est-ce que tu as à me proposer ? »

« Euh… J’ai de la bière, du vin rouge, du soda, du whisky et de l’eau. Alors à toi de choisir. »

« Un whisky s’il te plaît. »

« Va pour un whisky alors. Tu commences fort dit donc. »

« Ouais et bien avec ce qu’il s’est passé hier soir, j’en ai bien besoin. »

« Comment ça ? »

« Eh bien, j’ai été en quelques sortes agressée hier pendant que je sortais les poubelles à la fermeture. »

« Pardon ? Pourquoi tu ne m’as pas appelée ? Je serais venue avec du renfort ! »

« Je ne voulais pas gâcher ta soirée, puis je n’ai rien donc ça va d’accord ? »

« Que s’est-il passé exactement ? »

« Rien de particulier. Je sortais les poubelles et un homme complètement bourré m’a attrapé. Je ne vais pas rentrer dans les détails sur ce qu’il voulait mais ce qui est dingue, c’est qu’au moment où j’allais pour lui mettre un coup dans les couilles, il s’est littéralement volatilisé. »

« D’a-ccord… »

« Tu dois me prendre pour une folle n’est-ce pas ? Je te jure que je n’invente rien de cela… »

« Non, du tout. Il a probablement pris conscience de ce qu’il faisait et s’est enfui ? »

« Peut-être. Quoi qu’il en soit, maintenant tu sais pourquoi j’ai besoin d’un whisky plutôt que d’un verre de vin. »

Pendant que Cléa et moi étions en train de discuter, nous n’avons même pas remarquées que quelqu’un était là, en train de nous écouter jusqu’au moment où celui que je pense être le frère de Cléa ne commence à parler.

« Intéressant. »

« Jackson ! Préviens-moi la prochaine fois. »

« Je vous ai entendu parler et je ne voulais pas vous déranger. Par contre, t’es bien gentille mais la prochaine fois, ferme la porte à clé. N’importe qui pourrait rentrer et faire je ne sais quoi ! »

Sa voix est tellement grave et belle que des frissons parcourent mon dos. Bon sang, je n’ose même pas me retourner car je sens que mes joues deviennent toutes rouges.

« Faith, ici la Terre. Je te présente Jackson, mon frère et le tout puissant maire de la ville. »

Je la regarde et chuchote.

« Attends ! Ton frère c’est le maire de Firestone ? »

Mes joues s’empourprent encore plus lorsque je réalise que je ne sais pas qui est le maire de cette ville dans laquelle j’ai été si bien accueillie et qu’il se trouve juste derrière moi.

Je me retourne lentement face à lui en entendant Cléa étouffer un petit rire. En levant la tête, je me retrouve face à un Adonis en chair et en os. Il est magnifique et n’a rien à envier aux Dieux.

Il a des cheveux mi-long parfaitement coiffés et soignés, une petite barbe de trois jours qui épouse parfaitement sa mâchoire carrée et des yeux d’un bleu profond. Il a un teint mâte et a l’air d’avoir un corps d’acier quand on voit ses muscles à travers son polo blanc cassé.

« Bonsoir M-monsieur… Euh. »

« Monsieur Klint. Mais comme tu es amie avec ma très chère sœur, tu peux m’appeler Jackson ou Jack. C’est comme tu le souhaites. »

Je sens que mes joues sont en train de rougir et tourne timidement la tête de façon que cela ne se voit pas trop. Cet homme… Je ne sais pas comment dire. Il me met mal à l’aise, mais pas dans le mauvais sens.

Arghhhhh ! Je perds complètement la tête là, ce n’est pas possible.

« Franchement Cléa, ton repas était délicieux. N’est-ce pas Jackson ? »

« Oui, c’était divin. Tu t’es vraiment surpassé ce soir petite sœur. »

« Oh arrêtez ! Vous savez très bien que j’ai tout commandé chez le traiteur ! Et Jackson, fais très attention à ce que tu dis. La sécurité de ton surnom pourrait être compromise. »

Nous avons passé quelques heures tous ensemble à rigoler et boire.

« Eh bien, je pense qu’il est temps pour moi de rentrer. Cléa, tu peux… »

« Hors de question jeune fille ! Tu restes ici ce soir. J’ai beaucoup trop bu pour te ramener et Jackson a encore beaucoup de choses à faire. »

« T’es sûre que ça ne te dérange pas ? »

« Si je te le propose, c’est que ça ne me dérange pas. Puis je te rappelle que je t’ai proposé d’être ma coloc’. »

« Ce n’est pas faux. Merci. »

« Désolé les filles, le devoir m’appelle. Cléa je t’appellerais demain et Faith, ravi d’avoir fait ta connaissance. Sur ce, bonne nuit vous deux. »

Nous répondons à l’unisson « Merci. » puis passons le reste de la soirée à nettoyer, ranger et papoter avant d’aller nous coucher.

Cléa m’a préparé une chambre rien que pour moi dans l’espoir que j’accepte enfin d’être sa colocataire. Je vois qu’elle y a mis tout son cœur car la décoration est parfaite et exactement à mon goût.

Même si je suis un peu pompette, je prends une bonne douche avant de me coucher. Il n’y a rien de mieux qu’une bonne douche avant de dormir mais j’avoue que malgré ça, je n’y parviens pas.

Pour être complètement honnête, je culpabilise envers Cléa car je me sens comme une très, très mauvaise amie.

Franchement, comment pourrais-je me sentir bien à son égard alors que j’ai pratiquement bavé sur son frère toute la soirée ? Mon dieu, comme je me désespère !

Bon après, on a pas mal bu donc c’est peut-être à cause de ça et du fait que je ne suis jamais sortie avec un gars ?

Arghhhh ! Reprends-toi Faith bon sang !

Sérieusement, à quoi est-ce que je pense ? Il faut que je me sorte cet homme de la tête. Je ne peux pas avoir des pensées comme ça en ce qui le concerne. Premièrement, c’est le grand frère de ma meilleure amie et deuxièmement, c’est le maire de la ville.

Après avoir cogité pendant ce qui m’a semblé être une éternité, je finis par m’endormir complètement épuisée.

Je ne sais pas combien de temps j’ai dormi mais je peux dire que ma tête et mon estomac n’ont absolument pas appréciés la dose d’alcool d’hier soir.

En regardant mon téléphone, je vois qu’il est 10H30.

Je constate également que j’ai un texto de Cléa. Je me retiens de rire car c’est bien la première fois qu’elle me fait un coup comme ça. Qui envoie des textos alors qu’on se trouve au même endroit ? Franchement.

En ouvrant son message, je reste bouche-bée.

« Hey ma belle, le patron m’a appelé car il y a la nouvelle serveuse qui devait commencer aujourd’hui qui a fait faux bond. Je reviens aussi vite que possible, promis ! En attendant, mon frère m’a gentiment proposé de venir pour te tenir compagnie. A plus, je t’aime ! »

Ooooh, génial ! Pile ce qu’il me fallait. Je m’écroule sur le lit, ma tête me fait mal.

J’ai dû finir par me rendormir car je me réveille en sursaut lorsque je sens une main chaude se poser sur mon épaule.

« Holà, tout doux chaton. Range tes griffes, ce n’est que moi, Jackson. Je voulais simplement m’assurer que tu allais bien. Ton petit déjeuner t’attend depuis… Deux heures. »

« Bonjour à toi aussi. Pardon ? Oh non, vraiment désolée. Je me suis réveillée vers 10h30 mais je - »

« N’en dis pas plus. Tiens, je t’ai apporté un anti-douleur pour le mal de tête et quelque chose pour ton estomac. Mais tu devrais quand même manger quelque chose pour éviter d’avoir des crampes. »

« Merci, c’est très gentil de ta part. Je te rejoins dans la cuisine dans quelques minutes dans ce cas. »

« Pas de soucis chaton, à tout de suite. »

Il se retourne et s’en va en fermant doucement la porte. Je rêve ou ça fait deux fois qu’il m’appelle « chaton » ?

Non, c’est sûrement moi qui suis folle. Aïe ma tête ! Bon sang, l’alcool c’est terminé pour moi.

Après avoir pris les médicaments que Jackson m’a apporté, je vais rapidement me rafraîchir, me brosser les dents parce que j’ai vraiment une haleine de chacal, je m’habille puis le rejoins dans la cuisine une fois prête.

« J’espère que je n’ai pas été trop longue. »

Continuar leyendo Siguiente Capítulo
Otras recomendaciones

Natasha: I love the stories, very exhilarating. Made me wish that some of these stories was me

Liz: Tolle Geschichte und total spannend. Bitte mehrere Kapitel...Mach weiter so👍🏻

Jennie: Spelling and Grammer, yes, needs fixed, but I understand it, and I am so into it. You said it wasn't perfect, but I'm hoping for more!!! I love it and can't stop reading it!!!!

gruenwedelchristin: This is one good story . One of the best that I have read in a long time … the cast of characters are love able, fun, and well rounded … the story lines moves along well and it captivates the audience .

Shakeicha Young: Loved this story

nightowl71672: Great book, great Author would’ve liked to have known more about his sister but otherwise it was a really great book And I will be sharing it!!!!

jjapes: Gelungene Story. Hier und da ein paar Wort und Satz Fehler-lässt sich aber dennoch flüssig lesen. Danke dir fürs teilen deiner Phantasie!

Más recomendaciones

Valentina: - me ha gustado como lleva la historia es rápido pero a la vez lento, y en si no encuentro fallas graves solo leves como a veces (yo creo por error del autorrector)las palabras no coinciden con lo que están contando. - se las recomendaría a mis amigas más cercanas porque son las únicas que conoce...

FiU: Der Spannungsbogen wurde immer hoch gehalten, dann fast zu schnell gelöst.Es kam der Gedanke auf, das muss doch eine Falle sein, es war viel zu einfach. Doch die Autorin setzt noch einen und bringt eine überraschende Wendung.Ich bin jetzt total gespannt und hoffe darauf, das 2.Buch möglichst schn...

Sheila: A good book I will read it further as it is finished

Beatriz Selene: I like the way the writer wrote the novel, it keeps you want to read more and more.

LaQuiche: Amazing for this slow build up to be so satisfying! Definitely a guilty pleasure!

Sobre nosotros

Inkitt es la primera editorial del mundo impulsada por los lectores y que ofrece una plataforma para descubrir talentos ocultos y convertirlos en autores de éxito mundial. Escribe historias cautivadoras, lee novelas encantadoras y publicaremos los libros que más gusten a nuestros lectores en nuestra app hermana, GALATEA, y otros formatos.