My Dear Sadistic Highness

Chapitre XXIV

Cette fois-ci, je ne vous laisse pas le choix. Il FAUT écouter cette chanson.Cliquez sur cette vidéo, d'ailleurs, ça sera plus rapide : /watch?v=DFBzZfxkWUg(C'est honnêtement l'une des plus belles AMVs Harry Potter qu'il m'ait été donné de voir)

RAR

Pepette : Je trouve que les musiques d'Evanescence sont parmi les meilleures pour écrire… Enfin, franchement, ça me donne toujours l'ambiance nécessaire ! Bref, ouais, alors je ne dis rien pour Ivrian, surtout que le dernier chapitre t'a peut-être conduite à de nouvelles suppositions, auxquelles de toute façon je ne réponds pas, mouhahahaha ! Si tu avais aimé le Lucius/Drago, j'ose espérer que le dernier chapitre a satisfait tes espérances ! En tout cas, j'avais toujours personnellement rêvé de faire une scène pareille !Ah, Rogue est certes au courant (c'est ça de faire des RARS pour des chapitres précédents, je suis grave en retard LOL). Bref, merci pour la review et j'espère que tu vas apprécier ce chapitre !

Dion : Héhéhéhé, Drago est tellement plus hot en rebelle, quoi qu'il en soit :p… Quant à Hermione : elle ne craque jamais, voyons. De toute façon, j'ai du mal à voir comment elle pourrait s'y prendre, vu qu'elle ne pense qu'à l'autre imbécile blond. Enfin bon, tant mieux :pSi tu n'aimes pas les chapitres qui mettent les nerfs, tu dois me haïr hahahaha ! Je laisse toujours sur des cliffhanger… Et j'avoue que j'en tire un petit plaisir sadique :DAllez, merci pour la review, et j'espère que tu aimeras la suite.

LittleRock14 (Petite Crème Canari) : Heureusement que tu aimes ton nouveau surnom : de toute manière, je ne comptais pas te demander ton avis, mouhahahahaha ! Sans déconner : que de reviews ! MERCI !Alors, pour revenir sur la plus ancienne : bon sang mais tant mieux que tu aimes Oksana ! Je suis ravie que tu commences à apprécier ce personnage. Les agissements de Drago sont toujours un mystère absolu, ou te sens-tu un peu éclairée ? Oh, il ne vaut mieux pas que je pose cette question, maintenant… Après tout, un nouveau chapitre arrive, comme on dit !En tout cas, je suis réellement navrée que tu aies eu à attendre hier ! Et même sûrement aujourd'hui ! Mais il faut se dire que l'attente rend le chapitre encore plus intéressant ! (comment ça, c'est pas vrai ? :p)

Samsam : OOOOh ! Une parisienne ! Tu prends quel RER ? (LOL, tu n'es pas obligée de répondre) - Moi aussi, je rentre en transports et je lis des fanfics sur mon téléphone (t'as vu comme y'a des gens qui te regardent chelou ? j'pense qu'ils comprennent pas ce que tu fous, vu que tu descends, descends, descends et qu'il y a toujours des lignes : genre ça ne ressemble par un texto). Je tombe toujours sur un wagon où y'a des curieux qui matent au-dessus de mon épaule et j'ai HORREUR de ça.Enfin bref ! Merci pour la review et j'espère que ce chapitre va te plaire :D

Cind3rella : Ta review m'a bien fait marrer ! Hahahaha, je drogue mes lecteurs, ça c'est une bonne nouvelle. Bref, si tu trouvais que Drago était un peu trop mou du g'nou, j'imagine que ça n'est plus le cas ? Quant à l'affrontement avec Lucius, le dernier chapitre a dû encore plus te faire plaisir car, voilà, enfin quoi ! Il était temps !Notre ami Blaise est visiblement indétrônable et c'est tant mieux, je l'adore aussi ! En tout cas, merci beaucoup pour ta review, et j'espère que le chapitre d'aujourd'hui te plaira !PS: Argh, je viens de voir ta dernière review, LOL. Merci pour ces magnifiques compliments, franchement. Vraiment. C'est probablement les plus belles choses qu'on puisse me dire...! Merci infiniment !

Vera bennett : Y'a rien à regretter, ma petite Vera ! Après tout, comme ça tu peux lire plein de chapitres d'un coup, c'est cool ! Je suis ravie que tu apprécies le couple Liam/Pansy, et d'autant plus heureuse que tu aies déjà pisté le couple Oksana/Luna auparavant !Ah, mais moi je ne veux faire pleurer personne ! Enfin, j'avoue être minusculement (ok, gargantuesquement, c'est peut-être un mot plus véridique) contente de savoir que j'arrive à susciter de pareilles émotions chez mes lecteurs, mais tout de même !Ah, le duel Lucius/Drago a été un délice à écrire, je ne le cache pas. J'ai pris ma revanche sur Lucius en même temps que Drago et c'était BON.Blaise, toujours aussi génial, j'en conviens avec aisance :p et, ah, je suis comblée si tu apprécies Ron ! Personnellement, je les aime toutes, ces petites quiches (oui, je parle bien de mes personnages…enfin, ceux de Rowling, quoi… SNIF)Oui, en tout cas, la bataille finale arrive, comme tu dis. JE NE DIS RIEN. Merci pour les reviews !Bonne lecture !

Alice D : Merci beaucoup, et j'espère d'ailleurs que cela continuera comme ça ! En tout cas, merci encore d'avoir pris le temps de laisser une review et bonne lecture !

Minnie35 : Eh bien ! J'espère que les chapitres t'ont plu, malgré le fait que, j'en conviens volontiers, Drago était un sale putois au début. Et j'espère que cela continuera à te plaire aussi !En tout cas, merci pour la review ! N'hésite pas à me faire part de tes impressions finales, au dernier chapitre )Bonne lecture

A warning to the people :The good and the evil,

This is war.

To the soldier, the civillian ; The martyr, the victim,

This is war.

A warning to the prophet,The liar, the honest,

This is war.

To the leader, the pariah, the victim, the messiah

This is war.

It's the moment of truth and the moment to lieThe moment to live and the moment to die.The moment to fight, the moment to fight, to fight, to fight, to fight !

To the right, to the left !We will fight to the death !To the Edge of the Earth !It's a brave new world from the last to the first !

To the right, to the leftWe will fight to the deathTo the edge of the earthIt's a brave new world !It's a brave new world !It's a brave new world !

I do believe in the lightRaise your hands up to the skyThe fight is doneThe war is wonLift your handsTowards the sunTowards the sunTowards the sunTowards the sunThe war is wonA brave new worldThe war is wonThe war is wonA brave new worldI believe in nothingNot the end and not the startI believe in nothingNot the earth and not the starsI believe in nothingNot the day and not the darkI believe in nothingBut the beating of our heartsI believe in nothingOne hundred suns until we partI believe in nothingNot in satan, not in godI believe in nothingNot in peace and not in warI believe in nothingBut the truth of who we are.

This Is War – 30 Seconds to Mars

Chapitre XXIV

- Vous êtes braves. De par votre regard, vous avivez l'espoir. Vos présences à elles-seules dament les sombres desseins de ces Hommes perdus.Battez-vous pour ce en quoi vous croyez, ni plus, ni moins. Nous ne sommes pas là pour prendre des vies, mais bien pour en sauver.

Vous êtes braves…

MacGonagall prit une longue inspiration.

- … Mais si votre existence est mise en danger, fuyez. Fuyez. Ne tentez pas la chance. Vous êtes braves, mais trop jeunes pour mourir. C'est à nous, adultes, de nous sacrifier pour vous accorder un avenir plus beau. La cause pour laquelle nous nous battons perdrait son sens si vous n'étiez plus là pour en voir les beaux jours.

Les yeux de la directrice de Gryffondor brillèrent. Dans leur profondeur, un amour maternel limpide surgissait et s'engouffrait dans la pièce, jusqu'à en serrer la gorge des élèves de Poudlard. Minerva MacGonagall n'était pas leur mère, mais en cet instant, ils se sentaient tous ses enfants.

- Préparez-vous pour le départ, annonça-t-elle finalement en quittant l'estrade.

Tous les membres de l'alliance échangèrent des regards. Il n'y avait plus de maisons, plus de noms ; plus d'apparence ni même d'individualité. S'improvisait une masse pleine de témérité et de frayeur entremêlée. Il n'y avait plus de pays, plus de langues, plus d'ascendance. Juste des regards convaincus.

Luna passa ses mains entre ses cheveux et les attacha en une queue de cheval serrée. En la voyant faire, d'autres filles l'imitèrent pour ne pas être gênées au cours de la bataille prochaine. Chacun jeta un coup d'œil à sa baguette, certains l'essuyèrent même avec nervosité. Quelques personnes laissaient échapper de silencieuses larmes : entre eux dansait une tension qu'ils n'oublieraient jamais, le dernier moment où ils étaient tous présents, ensemble.

Quel gâchis, ne put s'empêcher de penser Hermione en inspirant fortement.

Ses yeux se posèrent sur les mains liées de Luna et d'Oksana, puis sur celles de Pansy et Liam. Darius et Miranda avaient posés leurs fronts l'un contre l'autre et se chuchotaient des paroles pressées. Blaise, l'un des seuls assis par terre, balançait lentement la tête pour faire virevolter ses dreadlocks. Seul.

Spontanément, Hermione se dirigea vers lui et s'accroupit à sa hauteur pour l'enlacer. Déconcerté au premier abord, il lui rendit son étreinte et elle se redressa. Calmement, elle se rendit auprès de Ron et l'étreignit à son tour, y mettant toute l'amitié et toute la tendresse qu'elle lui portait. Quelques personnes la suivirent des yeux et se mirent à faire de même. Bientôt, tout le monde échangeait des poignées de main, des accolades et des bises, parfois même des baisers passionnés.

Hermione serra tour à tour les membres de l'Ordre et se présenta finalement devant Harry. Ses yeux s'humidifièrent presque aussitôt. Il la regarda et esquissa un sourire confiant, ce qui acheva de faire céder quelques larmes à ses yeux.

Il allait mourir. Elle le savait. Ils le savaient.

- Je t'aime, confia-t-elle en passant ses bras autour de sa nuque pour le serrer avec force.

- Tu aimes tout le monde, Hermione, murmura-t-il. Même Drago Malefoy.

Elle se figea dans ses bras mais il resserra leur étreinte, lui faisant comprendre par ce biais qu'aucune rancune ne l'habitait.

- Fais attention.

Et ils se séparèrent. MacGonagall leur distribua des potions tout en expliquant leurs propriétés d'une voix tremblante.

- Les rouges sont des potions de régénération sanguine, les jaunes font office de cicatrisation immédiate pour les blessures de faibles envergures. Il y a peu de bleues, alors je préfère tout de suite vous dire qu'il faudra les faire tourner en cas de problème : elles servent aux fractures. Pour les blessures magiques, nous improviserons des havres médicaux sous les ponts près de l'Aura, la rivière du centre-ville. Si vous trouvez un pont, vous trouverez aussi un ou plusieurs médicomages. Assurez-vous de transplaner vers eux en toute discrétion, en tout cas dans la mesure du possible.

Des murmures d'approbation se répandaient dans les rangs.

- Tout le monde a une baguette en état de marche ?, s'enquit Alastor Maugrey d'une voix bourrue.

Encore une fois, une douceur clameur se fit entendre.

- Bien. Rappelez-vous du plan d'attaque et tout ira bien, assura-t-il d'une voix assurée. Vous savez où transplaner. A dans quelques heures, les jeunes.

Il disparut, en même temps que cinq ou six autres Aurors, dont Kingsley Shacklebolt. Puis, ce fut le ras de marée : des explosions de transplanage retentirent en fanfare. C'était l'heure.

Hermione remplit ses poumons et se concentra.

Cathédrale de Turku.

Le voyage la déchira du haut vers le bas, de la droite vers la gauche : n'existait plus de d'angle ni de gravité, sinon cette espèce de tournis infâme qui lui retournait l'estomac. Au moins, cela lui permettait de cesser de penser durant quelques secondes.

Lorsqu'elle arriva à destination, les assauts de lumières fusaient déjà...

Elle esquiva plusieurs traits rouges à la suite et porta son regard sur une silhouette masquée. D'un geste leste, elle dressa sa baguette en direction de l'inconnu et le frappa d'un sortilège d'entrave foudroyant. Le mangemort s'envola et alla s'heurter contre le muret le plus proche.

Au moins, il était non seulement entravé, mais aussi assommé. Aussi sec, elle se détourna et commença à envoyer les sorts sur les ennemis avec une justesse incroyable. Elle para plusieurs sorts, dont un noirâtre particulièrement suintant de magie noire. Beaucoup des disciples de Voldemort n'étaient pas particulièrement bien formés à la magie offensive et les réminiscences des cours de l'AD de cinquième année achevaient de la mettre en confiance. Malheureusement, ses certitudes furent bien vite balayées lorsqu'elle vit une marée noire s'abattre sur le champ de bataille : halant la cathédrale de Turku, un ouragan de détraqueurs vint déferler sur les combattants. Personne n'avait ici suffisamment de force magique pour concevoir un Patronus géant comme Harry ou Dumbledore savaient si bien le faire. Elle aperçut Ron quelques mètres plus loin et courût dans sa direction : à côté de lui, Oksana et Luna se tenaient côte à côte, apparemment désemparées par les créatures sinistres avançant vers elles.

- Ensemble !, hurla Hermione

Ron hocha la tête et ils pointèrent tous leurs baguettes vers le tourbillon obscur descendant sur eux.

- L'amitié ! L'amour !, s'époumona une voix non loin. L'amitié ! L'amour ! PENSEZ-Y ! L'AMOUR !

C'était Susan Bones.

- Spero Patronum, hurlèrent plusieurs voix en même temps.

La lumière blanche peina à s'élever, mais une fois qu'elle fut consolidée et renforcée par de nouveaux sorts, elle forma un dôme pâle qui repoussa les créatures sordides. Maintenir cette protection déconcentra toutefois grandement les Alliés du combat et les mangemorts reprirent leur assaut avec plus d'ardeur encore. Hermione se retrouva coincée entre deux silhouettes encapuchonnées : sans savoir où donner de la tête, elle essaya tant bien que mal de faire le vide dans son esprit.

Ascenscio !

- Bombarda Maxima !

Son bond ne fut pas aussi haut qu'il l'aurait été en formule prononcée, mais ce fut suffisant pour qu'elle s'écarte de l'explosion : entrainés par le souffle de cette dernière, les mangemorts s'écroulèrent et elle profita de son bref vol dans les airs pour leur jeter un stupéfix.Malheureusement, elle perdit vite de la hauteur et finit par s'étaler à terre, aux pieds même d'un énième mangemort. Ce dernier lui ficha un sacré coup de pied dans les côtes et elle sentit un os craquer dans un bruit sinistre. Hurlant de douleur, elle dressa sa baguette vers le thorax de son adversaire et s'époumona :

- Everte Statum !

Il s'envola et sembla voltiger pendant de longues secondes avant d'aller s'emplâtrer dans un tronc épais, assommé. Nerveusement, les mains tremblantes, elle tâtonna ses poches afin de trouver les fioles : son arcade sourcilière laissait tomber des kyrielles rubicondes dans ses yeux, l'empêchant de voir nettement. Grimaçant de douleur à cause de sa côte vraisemblablement cassée, elle parvint finalement à extraire une fiole de sa veste : manque de chance, il s'agissait de la seule dont elle n'avait pas besoin. Elle la posa à terre avec rage, fouillant à nouveau dans sa veste. Enfin, elle réussit à sortir le flacon bleu : à l'aide de ses dents, elle ôta le petit bouchon de liège et porta le goulot à ses lèvres. Elle n'en but qu'une gorgée, se doutant que sa côte demeurerait fragile mais au moins, elle ne lui ferait plus mal et elle ne risquerait pas de se perforer les poumons avec une mauvaise chute. Après avoir refermé le flacon, elle eut plus de facilité à le ranger et à ouvrir l'autre, les gestes plus limpides qu'à la minute précédente.

Deux ou trois gouttes suffirent à arrêter le sang de couler et sa peau se scella dans des picotements désagréables. Voilà. Elle était prête à repartir. Avant de quitter son talus, elle se jeta un sort d'énergie primaire et vérifia à deux fois avant de se redresser et de détaler. Quelques éclats de lumière verte la ratèrent de près, l'incitant à déraper sur le gravier, se dissimulant derrière un large tronc.

- Hermione ! Le balafré est sur place !, hurla une voix qu'elle reconnut comme celle de Ron.

Elle comprit bien vite qu'il faisait allusion à Harry. Ironiquement, il avait dû employer le surnom qu'avait utilisé Drago Malefoy durant toute leur scolarité, certainement pour éviter que des oreilles malintentionnées ne comprennent. Et cela fonctionna car personne ne fit attention à lui : les mangemorts étaient bien trop concentrés sur leurs propres combats pour prendre garde à ses propos.

- C'est donc à nous d'accomplir les tâches ?, cria-t-elle en retour.

- OUI ! LE RAMPANT VISQUEUX, SI ON LE TROUVE !

Nagini.

Elle aurait aimé s'en charger, mais elle réalisa brutalement qu'elle n'avait rien pour détruire un horcruxe. Merlin mais comment avaient-ils pu être aussi STUPIDES ?

- Tiens !, s'époumona une nouvelle fois le Weasley en lui lançant quelque chose.

Hermione attrapa un sachet en coton décousu : à la prise en main, elle comprit de quoi il s'agissait. Elle remercia Ron en mantra, la langue fourchant encore plus que ses doigts tremblaient. Maladroitement, elle parvint à sortir le crochet de son enveloppe et l'enfouit dans sa manche avant de l'y sceller pour usage ultérieur.Elle savait qu'ils auraient beaucoup de mal à tuer Nagini avec un crochet, si toutefois ils avaient la chance de retrouver le serpent, ce qui n'était vraiment pas sûr. Pour autant, elle cessa de se projeter dans des scénarios d'échec : ce n'était décidément pas le moment.

- J'en ai un aussi ! ALLONS-Y !

Elle fit un signe d'approbation et ils se mirent à courir vers la droite de concert : c'est là que la bataille se faisait la plus vive, et il y avait beaucoup de chances pour qu'Harry et Voldemort y soient. Si Voldemort y était, Nagini y était sûrement. L'allégation était faible car le Lord noir avait probablement voulu écarter son dernier rempart contre la mort du champ de bataille. Pourtant, Hermione était persuadée qu'il avait suffisamment d'orgueil pour croire qu'il lui était possible de le défendre en plein combat. Il fallait donc accorder du crédit à cette hypothèse !

- ILS SONT LA !, hurla une voix féminine.

Bellatrix Lestrange.

- FILONS !, cria Ron.

Elle accéléra sa course, essayant tant bien que mal de rattraper le roux. Mais Ronald Weasley avait toujours été grand : il avait toujours eu des jambes bien trop longues, des pas bien trop espacés et des foulées impossibles à suivre... Du moins jusqu'à ce qu'un éclat bleuté le percute. Hermione trébucha sous le coup de cette vision terrible : elle dérapa et dévala le reste de la pente en roulés-boulés : lorsqu'elle arriva près du roux, il gémissait. Malgré le spectacle terrifiant de sa souffrance, Hermione ne put qu'être rassurée : s'il souffrait, c'était qu'il était encore en vie. Ses yeux se posèrent sur une silhouette, un peu plus loin. Drago Malefoy lui lançait un regard à lui en glacer le sang.

Le cœur d'Hermione semblait exploser dans sa poitrine. Alors voilà : c'était officiel, Drago Malefoy était le pire des traitres. Hermione reporta son regard sur Ron et se concentra : s'il souffrait, c'était qu'il y avait encore une chance de le sauver car il n'avait pas été heurté par un sortilège de la mort.

Il était vraisemblablement inutile d'essayer de le soigner ici. Avec Bellatrix non loin, Drago à quelques pas et ses possibilités réduites en tant que soigneuse en cette minute critique, elle préféra l'idée de l'amener à des médicomages. En y mettant toute sa force, elle l'attrapa et transplana derrière la cathédrale sans attendre plus longtemps. Si elle rejoignait la rivière et qu'elle la longeait, elle saurait rapidement trouver un havre médical sur la berge. Elle ne prit pas la peine de placer un sortilège de désillusion sur elle, préférant se jeter un maléfice de force instantanée. Elle put ainsi, pendant une courte minute, transporter Ron avec la plus grande des aisances. Elle se pressa le plus qu'elle le put, profitant des effets de la formule avant qu'ils ne se tarissent. Enfin, elle trouva un havre et le déposa : une jeune fille aux cheveux châtains s'occupait déjà d'une femme adulte, mais cette dernière semblait prête à repartir. Lorsque la soigneuse se retourna, Hermione reconnut Briana.

- Ron a été percuté par un sort de démembrement intérieur, mais je n'en suis pas certaine ! Je n'ai pas eu le temps de faire un diagnostic pertinent !

- Pas de problème ! Je m'en occupe ! Allonge-le ici !

Hermione le déposa là où la jeune femme l'avait indiquée et lui jeta rapidement un Tergeo pour faciliter le travail médical. En un clin d'œil, elle transplana de nouveau près de la cathédrale et avança de petits transplanages en petits transplanages jusqu'au cœur de la bataille. Dès qu'elle le pouvait, elle jetait un sort de stupéfixion ou d'entrave.Enfin, elle parvint à proximité des combats les plus ardents : Molly Weasley se battait avec Tonks contre Bellatrix Lestrange ; Remus s'escrimait contre Alecto Carrow… Cette dernière s'acharnait avec un minuscule sort jaune qu'Hermione identifia comme une formule vitriolée. Augusta Londubat s'interposa vivement et lui adressa un Impedimenta fulgurant.

Plus loin, les mangemorts avaient fort à faire : des nuées de gestes invisibles les décimaient les uns après les autres en giclées de sang.

Des vampires...!

Une silhouette noire apparut devant Hermione et au moment où une baguette se voyait pointée sur elle, le corps du mangemort fut littéralement balayé. Hermione sentit une trainée rouge envahir sa vision : la gorge de l'homme avait éclaté et du sang dégoulinait partout sur son visage... Elle n'eut pas le temps de s'appesantir sur cette idée car le coupable du terrassement salvateur passa furieusement devant ses yeux : une créature féroce et rugissante. Rapidement, Hermione parvint à reconnaitre Fenrir Greyback et sa horde de loups-garous. La contre-attaque improvisée du camp de Voldemort contre les Vampires, très certainement... Les deux entités nocturnes entrèrent subitement dans un affrontement proche du bain de sang.

Ne désirant pas être prise dans leurs frictions mortelles, Hermione s'éloigna. Heureusement, les loups-garous étaient incontrôlables et ne savaient pas ce qu'ils faisaient : ils auraient pu attaquer n'importe qui. Les Vampires, eux, avaient toute maitrise sur leurs offensives.La Gryffondor laissa ses yeux sillonner les environs, aussi célères que ceux d'un faucon.Où était Drago ?!

Elle était sûre qu'il la cherchait aussi et cette certitude la terrifia. En scrutant les alentours, la jeune Gryffondor repéra un terre-plein de pierre duquel observaient quelques mangemorts prêts à bondir : sans pitié, elle dirigea sa baguette vers les dalles et se concentra le plus possible. Une fois ceci-fait, elle rouvrit les yeux et fit pleuvoir ses mots :

- Deprimo ! Immobilus !

Les dalles se mirent à s'affaisser mais cela n'était pas fini : trop surpris pour réagir au deuxième sort, ils avaient été pétrifiés et offraient à présent une ouverture non négligeable.

- STUPEFIX ! STUPEFIX ! STUPEFIX !, s'époumona-t-elle en les balayant les uns après les autres.

Une fois qu'ils furent tous par terre, elle les contourna et se mit à détailler le sol : il lui fallait retrouver ce maudit serpent. Jamais il n'y avait eu de pareil chaos.

Pourquoi diable les membres de l'Ordre arrivaient-ils de partout, sauf aux endroits prévus ?, se demandaient les mangemorts.

Les partisans de Voldemort, tout d'abord complètement perdus, essayaient diablement de se reprendre et commençaient à y parvenir. Beaucoup d'entre eux avaient été repoussés vers leurs propres pièges, les Mines Blêmes, démontrant par là qu'un traitre avait clairement investi leurs rangs.

Accroupi sur une branche épaisse, Drago balayait le champ-de-bataille des yeux métalliques, à la recherche d'Hermione. Plus loin, Bellatrix se démenait comme une furie et semblait le chercher du regard. Il se laissa tomber de son poste d'observation au moment même où il aperçut sa silhouette.Hermione n'eut pas le temps de se baisser qu'un éclair manqua de la toucher, la faisant trébucher et lâcher le crochet du basilic. Lorsqu'elle se retourna, elle crut très sincèrement qu'elle allait défaillir.

Drago se tenait devant elle, la surplombant, aussi glacial qu'un hiver en bourrasque. Il semblait si froid qu'elle ne parvint même pas à mouvoir ses lèvres. Son visage en disait long sur ce qu'il pensait d'elle. Elle pointa sa baguette vers lui, le faisant esquisser un sourire narquois.

- Tu n'as pas la moindre chance, face à moi, Granger.

Impedimenta !

Son sortilège informulé n'eut pas le moindre effet. Hermione sentit ses membres se tétaniser sous le coup de la peur.

Stupéfix !

Bon sang, mais que se passait-il ? Pourquoi cela ne marchait-il pas ?!

- Stupéfix !

Toujours rien.

- Grande erreur d'être venue ici, siffla-t-il de sa voix givrée.

- La ferme !, éluda-t-elle avec tout autant de hargne.

Le Serpentard laissa ses yeux dévaler sur son visage : il devait regarder le sang séché. D'un coup d'œil rapide, il fit un aller-retour entre ses mains tremblantes et le crochet de basilic tombé à terre. Lorsqu'il replongea son regard dans le sien, elle sentit son sang se glacer dans ses veines : il avait compris.

- Devenue suicidaire, depuis que je suis parti ?, ironisa-t-il.

Hermione avait beau se scandaliser extérieurement de ses propos, elle conservait en elle l'espoir qu'il ne voulait qu'une seule chose : la protéger. C'était impossible pourtant, pas après ce qu'il venait de faire à Ron.

- TUE-LA, hurla Bellatrix.

Drago jeta un regard en biais à Bellatrix, laissant une ouverture béante à Hermione qui en profita pour détaler à toute vitesse. Il fallait qu'elle transplane, vite ! Mais pour ça, elle devait s'éloigner et se concentrer : si elle restait trop proche, il aurait tôt fait de la rattraper. Les sortilèges sifflaient à ses oreilles, ainsi que les nombreux hurlements de douleur et cris de rage soulevés dans la bataille.

- Tu ne m'échapperas pas, Granger !, l'entendit-elle crier, l'incitant à redoubler sa course.

Cathédrale. Cathédrale. Cathédrale.

- Impedimenta !

Ses membres se pétrifièrent les uns après les autres dans un ouragan glacé : ses nerfs ne répondirent bientôt plus et elle s'écroula mollement. Il finit par rattraper son corps inerte et pointa sa baguette vers elle, avant d'être interrompu dans son geste pas des cris.

- MAIS SAUVE-LA, BORDEL ! TRANSPLANE !

William Blake lui hurlait cela de loin, les bras en croix pour protéger Pansy, visiblement blessée à la jambe. Drago lui jeta un bref regard avant de se pencher sur Hermione. Rapidement, il la balança sur son épaule et transplana, sous l'air furibond de Bellatrix.Lorsqu'il arriva à destination, une ou deux secondes plus tard, elle retrouva ses sens et surtout ses facultés physiques. Ils étaient dans un cimetière muet et probablement le lieu le plus sinistre qu'elle ait eu l'occasion de voir.

- Incarcerem, lança-t-il aussitôt.

De sa baguette sortirent des liens qui vinrent s'enrouler autour d'Hermione, la saucissonnant parfaitement. Elle ne pouvait plus mouvoir le moindre membre et ce qui devait arriver, arriva : son manque d'équilibre la fit basculer sur le côté et elle percuta le sol avec brusquerie.

- Espèce de sale...

Mais Drago ne s'attarda pas et la poussa doucement du pied pour qu'elle soit dissimulée derrière les seuls buissons des environs. Rapidement, il se dirigea vers les grandes portes de la bâtisse hideuse.

- Hache Verte, dit-il avec rapidité : pas le temps de parlementer avec des loquets idiots.

Les immenses portes s'ouvrirent devant lui. Avec célérité, il s'engouffra dans le bâtiment et commença à progresser au milieu des corridors. Il ne connaissait qu'une pièce de la Nécropole, et c'était celle dans laquelle Voldemort les accueillait. Il n'aurait jamais caché ses horcruxes dans cette salle-là, il n'était pas stupide.Drago ne descendit donc pas dans les cachots et les passa sans même jeter un coup d'œil aux escaliers, continuant sa course vers le fond du corridor du premier niveau.

C'est là que les ennuis commencèrent : la Nécropole était gigantesque et c'est en parcourant les couloirs que Drago se rendit compte qu'il ne parviendrait jamais à retrouver les horcruxes. L'odeur était pestilentielle, lui attrapant le nez et la gorge à lui en donner la nausée. Sur les murs, des traces rougeâtres et peu avenantes s'étalaient du sol au plafond : son Lumos rendait l'atmosphère encore plus angoissante et il accéléra encore ses foulées déjà bien rapides. Après le tintamarre de la bataille, le silence s'imposait froidement, comme une lame l'aurait fait sur une gorge. Bâtisse innommable.

Même s'il n'avait pas de temps à perdre, ses yeux s'arrêtaient régulièrement sur les reliefs de la pierre. A quelques endroits, des cordes passaient dans des anneaux rouillés, laissant deviner que les arcades à côté desquelles il marchait avaient autrefois abrité de funestes spectacles. A quelques endroits, des gargouilles repoussantes émergeaient de la roche et leurs yeux semblaient suivre sa marche. Drago en eut rapidement marre et au bout de dix minutes, il cessa son avancée : s'il continuait, il aurait de toute façon tôt fait de se perdre. La bâtisse pouvait receler des maléfices d'Egarement et il n'avait pas la moindre envie d'en faire les frais. C'est là qu'il prit une décision plutôt extrême et dressa sa baguette.

- Daemon Igninus (1)

Le Feudeymon se déclencha dans la seconde et Drago s'enfuit à toutes jambes à l'opposé. Il savait qu'il ne pourrait pas enrayer le sortilège mais avec un peu de chance, les protections initiées par Voldemort enfermeraient la magie à l'intérieur de l'édifice. Ce n'était vraiment pas sûr, mais après tout, il n'y avait pas d'autre solution et il était sûr que rien ne pourrait en réchapper : la Nécropole Fruste n'avait qu'une seule porte et pour cause, les morts n'avaient pas besoin d'en sortir.

Les mètres qu'il avait parcourus lui semblèrent affreusement longs alors qu'il courrait dans les couloirs pour rattraper l'unique issue de la bâtisse. Au moment où il commençait à se dire qu'il s'était perdu, il entraperçut la sortie. Il se précipita hors de la Nécropole et ferma la porte d'un coup de baguette derrière lui.

Complètement essoufflé, en sueur, il recula, les yeux fixés sur l'architecture monstrueuse prenant feu devant ses yeux. C'était désormais sûr : les protections ralentissaient quelque peu le Feudeymon, mais cela ne suffirait jamais pour arrêter complètement le maléfice. Il était en train de réfléchir à une solution, tout en priant pour que les horcruxes soient effectivement entre les murs de la Nécropole, quand une voix familière se fit entendre.

- Pris sur le fait !, ragea Bellatrix.

Drago se retourna vers elle et sentit sa mâchoire se contracter : elle tenait Granger entre ses bras, sa baguette posée sur sa tempe dans un signe flagrant de menace.

- Je ne sais pas ce que tout cela signifie, mais je t'assure que tu vas le payer cher, mon garçon...

Elle resserra son emprise sur Hermione et ses yeux s'écarquillèrent, comme déments.

- Depuis quand nous vends-tu, traitre ?!

- Je ne nous ai pas vendus, railla-t-il.

Hermione sentait son cœur faire des bonds de cabri dans sa poitrine : elle allait mourir, c'était évident.

- Menteur ! Tu oses prétendre ne pas nous avoir trahis, alors que je vois en ce moment même les preuves de ton ignominie ?! La Nécropole BRULE ! Et comme par hasard, les cafards de l'Ordre sont au courant pour les Mines Blêmes ! Tu es le dernier arrivé, c'est forcément toi !

Drago fronça les sourcils et emprunta l'air le plus interdit du monde. On lui aurait donné le bon dieu, sans confession.

- Pourquoi croyez-vous que je détruis l'édifice, ma tante ? Servez-vous de votre tête !, cingla-t-il avec une perfidie sournoise.

Elle sembla troublée par sa voix si assurée.

- Croyez-vous sincèrement que j'irais défier le Maître après tout ce qu'il a fait pour moi ? Avec tout ce que j'ai à perdre en le trahissant ?! Je ne suis pas si stupide...!, cracha Drago avec un sourire machiavélique. Le traitre, c'est Rogue !

Hermione crut sincèrement qu'elle allait défaillir : elle allait mourir de la main de Bellatrix, ou de celle de Drago, mais sa fin ne faisait plus aucun doute à présent. Drago était une force démoniaque, cette certitude s'imposait avec violence dans son crâne en rondes douloureuses. Il venait même de dénoncer Rogue.Et Bellatrix semblait accorder de l'importance à cette hypothèse, comme si elle-même avait de nombreuses fois soupçonné le professeur de Potions.

- C'est le Lord qui m'a demandé de détruire la Nécropole, en personne !

Une fois de plus, Bellatrix eut l'air déconcertée, mais cette mine disparut bientôt de son visage.

- Je ne vois pas du tout POURQUOI il te demanderait une chose pareille.

Drago sourit de plus belle, prêt à ruser autant qu'il le serait nécessaire pour lui retourner le cerveau.

- A cause des horcruxes.

Cette fois, Bellatrix se tétanisa : comment pouvait-il être au courant ?! Elle était la seule à tout savoir ! Mais vraisemblablement, le maître lui avait caché des choses puisque ce sale gamin semblait en savoir plus qu'elle ! Peut-être était-elle en train d'aller à l'encontre des ordres du Seigneur : cette idée la terrassa et son étreinte faiblit un peu.

- Je ne comprends pas, avoua-t-elle avec hargne. Explique-toi !

- Ah, voyez-vous ma tante, ce sera à lui de tout vous dire, en temps et en heure ! Moi, j'ai prêté serment sur mon silence et je ne crois pas qu'il apprécierait que vous me poussiez sciemment à trahir ma promesse.

Il l'enroulait autour de son petit doigt.Bellatrix semblait déchirée : en aucun cas elle ne pouvait appeler le Seigneur des Ténèbres et le déranger dans son combat avec Harry Potter… Mais d'un autre côté, comment pouvait-elle vérifier qu'il disait la vérité ? Et le temps manquait !

- Et elle ?!, asséna Bellatrix en secouant brusquement Hermione. Pourquoi ne l'as-tu pas tuée ?! Pourquoi as-tu transplané avec elle, jusqu'ici ?!, renversa-t-elle la situation.

- J'allais la tuer, mais j'aurais aimé prendre mon temps pour le faire : d'où l'Incarcerem. Ce n'est pas à vous de juger ma manière de procéder au meurtre, je crois..., siffla-t-il avec cynisme.

- Je ne te crois pas !, s'écria-t-elle. Tue-la, maintenant, devant mes yeux !

Drago détourna le regard et ricana.

- Vous savez quoi, ma tante ? Puisque vous doutez de ma bonne foi, je vais vous faire une offre qui va vous plaire : elle est toute à vous.

Hermione hoqueta de terreur, littéralement ignorée par Bellatrix. Drago planta brièvement ses yeux dans les siens en esquissant un rictus sadique.

- Je vous en prie. Tuez-la.

On voyait à ses yeux qu'il était on-ne-peut-plus sérieux. Hermione sentit toute chaleur quitter son corps à mesure que son sang se glaçait dans ses veines. Il l'offrait à cette satanée détraquée !Bellatrix sembla hésiter quelques secondes, comme si elle croyait être soumise à une vaste plaisanterie. Finalement, elle le prit au mot et décida de commencer léger pour voir s'il n'y avait pas de piège... Chose sur laquelle il avait parfaitement misé.

- Scarifio !, souffla-t-elle avec délectation.

Le cri qui retentit fut déchirant et leur stria à tous les tympans.Drago s'écroula à terre, recouvert d'estafilades ensanglantées en tout genre, et Bellatrix relâcha complètement son attention, et sa baguette du même coup, perdue. Avait-elle dressé sa baguette contre lui ? Son esprit fut trop lent à démêler cette énigme. Drago s'était partiellement redressé et avait pointé sa baguette vers elle dans un geste plus vif que l'éclair.

- IMPERO !

Elle se pétrifia littéralement et relâcha Hermione qui tomba par terre sans même pousser un cri tant elle était choquée de ce qu'il venait de se produire.Les liens autour d'elle se desserrèrent presque aussitôt et elle bondit sur ses pieds. Bellatrix avait l'air d'un zombie et Drago la tenait sous son contrôle, encore haletant à cause du sortilège de scarification qu'il venait d'endurer.

La mangemort se détourna alors d'eux, le regard vide, et s'approcha de la Nécropole presque entièrement détruite. Hermione la regarda avec horreur s'approcher des flammes et dresser sa baguette vers les monstres de feu qui dévoraient la bâtisse. Une fois que le dernier mur fut tombé, et que le maléfice sembla prêt à se propager, Bellatrix ouvrit la bouche :

- Malva Inferialis (2).

Un gargouillis immonde sembla résonner dans les environs jusqu'à ce qu'une ronce gargantuesque émerge de la baguette de Bellatrix : une tige plus fine vint s'enrouler tout autour de son bras et de sa gorge, comme pour s'y accrocher. Hermione reconnut de quoi il s'agissait grâce à la description préalable de Harry : c'était le sortilège de la Prison de Mauve. Mais l'immense branche verte ressemblait davantage à un nouveau monstre qu'à une puissance salvatrice... Pour autant, la créature verte et parme se mit à avaler littéralement les démons de feu en-dessous d'elle.

Complètement pétrifiée face à ce spectacle horrifique, Hermione en oublia presque que non loin de là, la guerre faisait toujours rage. Drago était lui aussi perdu dans la contemplation du repas infâme que se faisait la plante. Le festin s'opérait rageusement à la perte pure des formes démoniaques engendrées des flammes, périssant dans des explosions fulgurantes et des bouffées de souffre.Bientôt, la plante eut ingurgité toutes les flammes et se réintroduit dans la baguette de Bellatrix avec un bruitage immonde. Cette dernière tomba à terre, tremblante : visiblement, l'Imperium s'était dissolu, ce qui était peu étonnant vu le sortilège qu'elle venait d'opérer.

Drago choisit pourtant de ne pas en rester là.

- Immodestus ! (3)

Hermione ne connaissait pas ce sort, mais lorsqu'elle vit les membres de Bellatrix se figer soudainement et son corps se mettre à convulser, elle se douta des effets dévastateurs. Le long de la mâchoire de la sorcière commença à s'écouler un filet de bave et quelques instants plus tard, Bellatrix s'immobilisa.

Elle est morte, constata Hermione avec une terreur entremêlée de soulagement.

Lorsqu'elle se tourna pour faire face à Drago, elle le vit lâcher sa baguette. Sa chemise blanche était presque entièrement détrempée par son propre sang. Il ferma les yeux et s'écroula à terre, inconscient. Sans perdre une seule seconde, elle se précipita à sa rescousse et lui fit avaler ses potions de cicatrisation et de régénération sanguine : cela n'eut pas l'air d'avoir le moindre effet car ses plaies ne se refermèrent pas, et Merlin seul savait combien en comptaient ses membres…Son visage dégoulinait littéralement, laissant des rivières pourpres dévaler ses traits en cascade ; ses narines laissaient flotter des nuages rouges et hors de ses oreilles se précipitaient des larmes rubis.Elle en avait plein les mains, plein les vêtements : cela ne semblait jamais vouloir s'arrêter, comme si son corps abritait des litres et des litres d'hémoglobine. Les coupures étaient réellement profondes et s'en écoulaient des torrents incarnat, noyant l'étoffe de ses vêtements. Il mourrait.

Il est en train de crever, siffla une voix hargneuse et sadique dans sa tête. Il va CREVER. Comme tes yeux étaient crevés ! AVEUGLE ! AVEUGLE !

Elle le chargea donc sur son dos et se concentra le plus qu'elle le pouvait, pourtant diablement paniquée. Si elle ne faisait pas abstraction de toute l'horreur se déroulant ici, elle aurait tôt fait de les désartibuler tous les deux.

IL VA CREVER, EN T'AYANT SAUVÉE, TOI !

Pont de Briana. Pont de Briana !

Et ils disparurent.

(1) Daemon Igninus : Il n'y a pas de formule officielle pour le Feudeymon, ceci en est ma simple version. La locution latine signifie Le Démon vivant dans le Feu (ou à peu de choses près). (Madelight)

(2) Malva Inferialis : la formule du sortilège de la Prison de Mauve. De mon invention, comme déjà précisé. (Madelight)

(3) Maléfice de Démobilisation : (voir Notes Chapitre XXII pour plus de détails) : Magie noire qui inverse les sens, les perceptions, et surtout le contrôle des nerfs sur le corps. Il devient alors littéralement impossible pour la victime de bouger, de parler, d'entendre ou d'avoir une perception de quelque sorte. En quelques minutes le cœur de la victime cesse de battre, n'étant plus approvisionné en oxygène. (Madelight)

Continue Reading Next Chapter

About Us:

Inkitt is the world’s first reader-powered book publisher, offering an online community for talented authors and book lovers. Write captivating stories, read enchanting novels, and we’ll publish the books you love the most based on crowd wisdom.