{{ contest.story_page_sticky_bar_text }} Be the first to recommend this story.
Get Free Copy

100 free copies left

This novel is limited to 100 free copies due to its part in Inkitt’s Novel Contest.

0
Free copies left
You can choose from our best books below
fantasia49 would love your feedback! Got a few minutes to write a review?
Write a Review

Un amour par delà le temps

By fantasia49

Romance

Chapter 1


Par un beau matin de septembre, clair et ensoleillé, quelque part en Egypte, plus exactement dans la vallée des rois près de Louxor au sud du Nil, qu'une vive et intense lumière vient de voir le jour sur les ruines du tombeau. Puis pendant quelques minutes, tout redevint comme avant. Pas un bruit, même pas un souffle de vent. L'air y était lourd et pesant, comme chargé d'électricité.

Tout semblait immobile, le peu de vie qui se trouvait par là ne bougeait pas. Tous semblait regarder dans la même direction, comme s'ils savaient que quelque chose allaient arriver.

Puis un bruit se fit entendre à l'intérieur des ruines. Ce bruit se rapprochait de plus en plus. Toute la nature semblait en alerte. Une ombre apparue au sortir de la grotte. Tout d'un coup quelque chose en mouvement émergea de là

Les animaux présents le regardèrent un instant, ensuite ils reprirent leur habitude. En fait ce quelque chose était plutôt quelqu'un. Si un homme se serrait trouvé là, il aurait été surpris. Car en fait il s'agissait d'un jeune homme à la peau mâte. Il était habillé comme au temps des pharaons, tout de blanc vêtu et une grande cape recouvrait ses épaules.

Il cligna des yeux devant autant de luminosité. Il leva le bras pour se cacher du soleil ; Il se retourna pour chercher un coin d'ombre et pouvoir, ainsi, réfléchir. Tout était confus dans sa tête. Il resta un petit moment assis sur un rocher qui se trouvait près de la grotte.

Après quelques minutes, il se leva d'un air décidé et s'éloigna de cet endroit, pour aller à la recherche de personnes qui pourraient l'aider. Il semblait déterminé, comme s'il voulait trouver quelque chose ou quelqu'un. Pendant sa longue marche, il enleva sa cape qui, non seulement, le gênait dans sa progression mais lui donnait chaud, également.

Il erra pendant une demi-journée, et arriva à Louqsor, comme indiqué sur les panneaux à l'entrée de la ville. Il entra à l'intérieur de la cité. Les passants le regardèrent médusés et s'interrogèrent en le voyant ainsi accoutré.

Après une marche de longue haleine, il se retrouva devant un bâtiment de police. A l'extérieur un policier le regarda surpris et amusé en même temps. « Est-ce qu'il y aurait une fête déguisée quelque part? », pensa t'il.

« Eh bien ! Jeune homme on est perdu ? Suivez moi au commissariat que l'on voit ce que l'on peut faire. »

Surpris et perplexe, il décida de le suivre : «Il pourra peut être m'aider », pensa t'il.

Arrivé au bureau du policier celui-ci s'installa.

« Monsieur, asseyez vous et racontez moi votre histoire, je vous prie, lui dit-il en le regardant droit dans les yeux. »

« Oui … En fait … j'ai vu que j'étais à Louqsor en arrivant, et j'aimerais savoir si cette ville est loin du Caire? » lui répondit-il. Le policier se mit à rire quelques secondes par cette étrange question, puis s'excusa.

« Oui, nous sommes bien à louqsor, au sud du Nil. Le Caire se trouve plus au Nord. Mais… Pourquoi me parlez vous du Caire ? Vous y connaissez quelqu'un? »

« Oui, en effet, j'ai des amis qui se trouvent au Caire. L'un deux se prénomme iIIshizu Ishtar, vous la connaissez peut-être ? » Répondit-il calmement.

« Bien sûr que je la connais, c'est la directrice du département de l'histoire ancienne de notre ministère. De plus, elle est venue, il y a quelques jours pour se rendre dans les alentours d'Assouan, pour des fouilles archéologiques. Peut être qu'elle s'y trouve toujours ? » Dit-il en semblant réfléchir à quelque chose.

« Mais… vous êtes vraiment sûr de la connaître ? Je ne voudrais pas l'importuner pour rien » dit-il d'un air un peu suspicieux.

Mais devant le regard que lui lança le jeune homme, le policier se ravisa et décida de lui faire confiance. En effet, ses yeux exprimaient une force presque souveraine et en même temps il semblait complètement perdu.

Il décida donc d'appeler à son bureau au Caire. Après quelques minutes au téléphone, le policier obtînt le département des recherches et demanda à parler à Mlle Ishtar. Il s'entretint quelques minutes. Puis il prit un morceau de papier, griffonna dessus et raccrocha après un remerciement. Il pris le morceau de papier et composa un nouveau numéro.

Le silence se fit entendre pendant quelques secondes. Le policier tapotait du bout des doigts sur son bureau en attendant que quelqu'un décroche. Puis au bout du téléphone un déclic retentit.

«Bonjour… Mlle Ishtar ?… Excusez-moi de vous déranger, je suis le policier Asmos de Louqsor. je vous appelle car j'ai ici une personne qui prétend vous connaître et aimerait vous parler. Je vous appelle donc pour savoir si cela était vrai ou non ? » Demanda-t-il poliment.

Au bout du fil Ishizu se demandait ce qui se passait.

« Je comprends votre inquiétude, mais vous ne me dérangez pas. Quelle est donc cette personne qui prétend me connaître et me parler? » Répondit-elle après un bref moment, en se demandant de qui il pouvait agir.

Le policier se retourna vers le jeune homme et lui demanda son nom.

« Dites lui qu'il s'agit d'Atem, que je suis de retour. Elle comprendra je pense » lui dit-il tout simplement

Le policier ; intrigué répéta mot pour mot ce qu'il lui avait dit. Il entendit un long silence au bout du fil et se demanda ce qu'il se passait.

L'identité de l'étrange inconnu était enfin dévoilée.

Le policier, inquiet du silence, réitéra sa demande.

« Mlle Ishtar, vous êtes toujours là ? Est ce que vous connaissez vraiment cette personne ? »

« Comment ? Ah oui !… Vous avez bien dit qu'il se prénommait… Atem … Et qu'il était de retour ?…. C'est impossible…Je ne peux y croire… » Finit-elle par dire comme pour elle-même et se convaincre de ce qu'elle venait d'entendre.

« Voulez vous que je mette ce plaisantin en prison ? », reprit aussitôt le policier en se retournant pour que le jeune homme ne l'entende pas

« Surtout pas ! Je veux d'abord vérifier par moi-même. J'arrive le plus vite possible, d'ici une heure, merci beaucoup Mr Asmos et à tout à l'heure » Puis il raccrocha.

Le policier, surpris par ce brusque revirement, se mit à l'examiner et essaya de comprendre.

« Mlle Ishtar arrive le plus vite possible d'Edfou, mais j'aimerais bien comprendre qui vous êtes pour la faire réagir ainsi ? » lança Mr Asmos à Atem, ébahi.

Atem ne savait que répondre car s'il racontait son histoire, il serait pris pour un fou. De plus, tout était encore un peu embrouillé et il ne savait donc pas lui même ce qu'il se passait.

A Edfou, près du pylône du temple d'Horus, Ishizu resta, quelques instants, médusée et répétait sans cesse les même mots : « Cela est impossible ? »

A ce moment-là, son assistante la rejoignit et la trouva dans un état de béatitude.

« Mais que t'arrive t-il ? » Lui demanda t'elle inquiète de l'expression de son patron.

Ishizu la regarda quelques instants sans lui adresser la parole, toujours absorbée dans ses reflexions. Puis elle lui annonça qu'elle devait se rendre à Touqsor pour quelque chose d'important. Elle demanda à son assistante de superviser le reste et qu'au moindre problème elle pourrait la joindre sur son portable.

« Ne vous inquiétez pas Mlle Ishtar, je m'occupe de tout. Vous pouvez partir tranquille » La rassura t'elle, bien qu'elle se demandait ce qui avait bien pu se passer pour que Mlle Ishtar, qui d'habitude était quelqu'un de calme et de réfléchie, se comporte ainsi. Mais elle ne posa aucune question car elle pensait qu'elle devait avoir ses raisons.

Ishizu la remercia et s'éloigna du site. En chemin, elle médita longuement sur ce qu'elle venait d'apprendre. 'Comment est ce possible ?' Elle avait hâte d'arriver pour le constater d'elle-même.

Pendant ce temps-là, Atem attendait patiemment qu'Ishizu arrive, car il voulait la revoir et essayer d'éclaircir tout cela. Il réfléchissait à tout ce qu'il s'était passé depuis qu'il avait enfin accéder aux portes du royaume des morts où reposait ses ancêtres. Il avait un peu de mal à tout se rappeler, mais une chose était sûre, il devait revoir ses amis. Il attendait depuis un bon moment déjà. Il voyait bien que le policier se posait des questions également et voulait lui aussi comprendre.

Mr Asmos observa attentivement le jeune homme qui se tenait droit sur son siège, les bras croisés et les yeux fermés, comme s'il méditait. Il dégageait une aura calme et solennelle et le policier se sentit impressionné, comme si en face de lui se tenait quelqu'un de princier.

Une heure s'écoula, et le bruit d'une voiture qui se gare se fit entendre, puis une porte de voiture qui claque et le bruit de pas qui s'intensifia. Quelques minutes après, une porte s'ouvrit et une jeune femme à la peau tannée et aux cheveux noirs comme l'ébène habillé de blanc, arriva. Elle avançait d'une démarche gracile et en même temps avec une détermination qui forçait le respect. Le policier se leva et vint à sa rencontre.

« Merci de vous êtes déplacés je suis vraiment confus, Mlle Ishtar. »

« Mais il n'y a pas de quoi, si cela est vrai, c'est moi qui vous remercie » répondit la jeune femme.

Atem qui était dans le bureau ne pouvait pas voir qui était arrivé, ni entendre leur conversation. Il se demandait qui pouvait bien être cette personne. Mais il se sentait un peu moins nerveux, car le regard du policier et cette attente commençait à être longue.

Dans le couloir, Mr Asmos et la jeune femme s'approchèrent de la porte. Elle hésita un instant, car elle avait peur que tout cela soit faux. Elle ferma les yeux un instant et inspira profondément pour trouver le courage de se confronter à cette personne. Puis elle rouvrit les yeux et passa devant le policier, qui entre temps avait ouvert la porte et la laissa passer. Elle s'avança donc et lentement entra dans la pièce.

Ce qu'elle vit en premier, fut un jeune homme au teint mâte, comme elle, qui la regardait. Elle vit ses yeux aux teintes sombres avec des reflets violets. Des yeux qui reflétaient une intelligence et une force surprenantes et qui en cet instant contenait un peu de surprise et aussi un soulagement. Elle remarqua, ensuite, son accoutrement, qui aurait pu surprendre un bon nombre de personne, puisqu'il portait des vêtements qui se portaient au temps des pharaons et non à cette époque. Elle vit enfin, ses cheveux, qui était hérissé et noir avec reflets violines, des mèches blondes qui lui encadraient le visages et qui d'autres qui étaient dressés.

Elle eut le temps de remarquer tout cela en quelques secondes et grâce à cela elle réalisa qu'il s'agissait bien de la personne qu'elle escomptait trouver. La peur fit place à la surprise puis à la joie. Des larmes apparurent dans ses yeux qu'elle essuya rapidement et elle se dirigea vers son ami, qui c'était levé également à son entrée, enchanté de la revoir également.

« Alors c'était bien vrai ! Vous êtes de retour ? Mais comment est-ce possible, mon pharaon ? , s'exclama t'elle, surprise par ce miracle qui s'était produit.

« Oui c'est bien moi ! Je suis heureux de te revoir moi aussi, je ne savais pas trop quoi faire et tout est un peu embrouillé dans ma tête, mais tu es là ! Merci Ishizu » Répondit Atem soulagé de la voir là auprès de lui.

Ils se serrèrent les mains chaleureusement et se fixèrent quelques instants pour se rassurer que cela n'est pas un rêve, sous les yeux médusés du policier qui ne comprenait pas grand-chose.

« Mais qui est-il pour que vous soyez aussi respectueux envers lui ? On dirait que vous le prenez pour un prince ? » Questionna Mr Asmos curieux par ce qu'il se passait.

« C'est un peu cela », répondit Ishizu, en rigolant, « C'est en quelque sorte un des derniers descendants des pharaons de notre époque lointaine »

Le policier en resta coi et, en même temps, il se demandait si cela pouvait être vrai. Mais il se rappela l'impression qu'il avait ressentie en le voyant et commença à y croire.

« Mais c'est formidable ! Mais comment se fait-il que nous ne l'avions jamais vu avant… remarque cela expliquerait son accoutrement » Finit-il par dire en réfléchissant.

Ils se regardèrent génés et réfléchirent.

« Il est assez fatigué pour l'instant puis je l'emmener pour l'instant ? » Demanda Ishizu, qui ne voulait pas rentrer dans les détails.

Le policier fut un peu déçu mais les laissa repartir puisqu'il n'y avait pas de problème.

« Mais ce jeune homme n'a pas ses papiers sur lui. Il faut qu'il les ait toujours sur lui, a moins… qu'on le lui ait volés ? » Dit le policier.

« Non… » Les deux comparses se regardèrent pour essayer de trouver une réponse adéquate « Ne vous inquiétez pas, il a dû les laisser chez lui en sortant de chez lui. Merci encore pour tout ce que vous avez fait, nous allons vous laisser »

Après l'avoir salué, ils montèrent tous les deux dans la voiture et filèrent en direction d'un hôtel pour s'y reposer.

« C'est vraiment un miracle que tu sois ici ! Alors qu'il y a un mois que tu es parti rejoindre le royaume des morts. » Commença Ishizu. « Mais tout d'abord je t'emmènes à l'hôtel, où je vais réserver une suite pour que tu puisse te reposer et… te changer aussi » Dit elle en esquissant un sourire en regardant ce qu'il portait. En effet, ses vêtements n'étaient vraiment d'époque, et elle comprenait les questions que se posait le policier. Quoi de plus étrange qu'un jeune homme habillé comme au temps des pharaons.

Atem esquissa un sourire également en se regardant, puis il redevint sérieux en la regardant.

« Tu viens de dire que cela fait un mois que je suis parti ? Mais j'ai l'impression que cela ne fait qu'un jour tout au plus, que je suis parti ? » Finit-il par dire, tout en méditant sur ce qu'il venait d'apprendre.

« Mais alors, Yugi et les autres doivent être rentrés à Domino, alors ! » S'exclama t'il.

Plus loin d'ici, à des milliers de kilomètres, au Japon exactement où la rentrée avait repris après des vacances qui avaient été éprouvante, pour Yugi et ses amis. En effet, ils avaient vécu une aventure des plus palpitantes, pour aider leur ami pharaon à retrouver son nom et à rejoindre le monde des morts pour un repos bien mérité.

En effet, depuis maintenant deux ans, et depuis que Yugi avait réussi à assembler les pièces du puzzle millénaire et ainsi libéré l'âme du pharaon, ils avaient vécu des aventures au-delà des rêves les plus fous pour l'aider dans sa quête de retrouver ses souvenirs et sauver le monde.

C'est d'ailleurs au cours de ces aventures qu'ils étaient devenus les meilleurs amis du monde et le voir partir avait été dur pour eux tous, mais ils savaient qu'il reposait en paix et près des siens.

De plus, grâces à elles, ils avaient pu faire des rencontres et se faire des amis au quatre coin du monde et de découvrir leurs forces et leurs qualités.

Ce groupe était composé de cinq personnes. Il y avait d'abord, Yugi, le garçon qui avait hébergé l'âme du pharaon et à qui il ressemble beaucoup mais en version miniature. C'est aussi un champion au duel de monstres ainsi que pour toute sorte de jeux. Il est maintenant en deuxième année au lycée de Domino. Il est de petite taille, ce qui l'a toujours un peu dérangé, mais en contrepartie il a un cœur en or. Il est dévoué, serviable et gentil envers les autres, un peu trop même. C'est d'ailleurs grâce à sa gentillesse et à sa persévérance qu'il s'est lié d'amitié avec Joey, qui est le deuxième membre de ce groupe.

En effet, celui-ci avec son ami Tristan, était du genre voyou, avant de connaître Yugi, un brin bagarreur et adorait embêter celui-ci, du fait de sa petite taille. Mais un jour, où ils avaient été attaqués par plus fort qu'eux, Yugi les avaient défendus comme il a pu malgré sa petite taille, et Joey a pu voir qu'il était vraiment courageux et s'est donc laissé gagner par cette personne qui était prêt à se battre pour ses amis. Et depuis ce temps il s'est mis à l'apprécier et sont devenus de très grands amis. Grâce à cela Joey est devenu moins voyou et surtout à découvert l'univers des cartes. Il s'est d'ailleurs initié au duel des monstres pour participer à un tournoi et gagner la récompense, qui lui permettrait de sauver sa sœur, qui avait besoin d'une opération pour ne pas devenir aveugle, et que seule celle ci pouvait sauver. Bien que peut motiver au départ, il s'est vite découvert une vrai passion pour ce jeu et au fil des aventures, il est devenu un adversaire sérieux, même s'il reste parfois assez impulsif et gagne grâce à la chance quelquefois, et un peu gamin dans ses réactions. Pourtant c'est quelqu'un sur qui ont peu compter et qui est prêt à tout pour les personnes qui lui sont chères.

Puis, Tristan, qui lui n'est pas un duelliste, mais il est lui aussi, toujours là pour ses amis. Il est un peu plus adulte que Joey dans ses réactions, ce qui ne l'empêche pas de se battre quand il le faut et même de temps en temps de se battre avec Joey comme des gamins en l'insultant. Au départ, pourtant, il n'appréciait pas l'amitié naissante qui existait entre Joey et Yugi, car il se méfiait de lui. Mais lui aussi a appris à le connaître et à l'apprécier. Maintenant il suit Joey et Yugi dans chaque aventure et duel. De plus, depuis le fameux tournoi, où Joey avait participé pour sauver sa sœur Sérénity, Tristan en est tombé amoureux et cherche par tous les moyens pour la séduire au grand dam de Joey.

Le quatrième membre est la jeune fille du groupe, Anzu, qui est l'amie d'enfance de Yugi. Elle le connaît depuis longtemps, l'âge de neufs ans, (dans mon histoire en tout cas) et à toujours été là pour lui-même quand il se faisait embêter. C'est une jeune fille gentille, aimante, compatissante et généreuse, même si elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle a suivi les garçons dans toutes leurs aventures et les a toujours aidés en les soutenant et en émettant des solutions à certains problèmes. C'est la première à avoir remarqué le changement en Yugi avec le puzzle. En effet, car elle a toujours été très proches de Yugi, elle connaît donc par cœur les réactions de son ami. Elle donc vu qu'il y avait deux personnes dans son corps. D'ailleurs son cœur s'est mis à battre pour son double (le pharaon) dès le moment où elle l'a entendu, puis quand elle l'a vu.

En effet, le dernier membre, n'est autre que le pharaon Atem, longtemps connu sous le nom de Yami, du fait qu'il ne connaissait ni son nom ni son passé. Car celui-ci avait été enfermé dans le puzzle du millénium pendant des millénaires en attendant d'être libéré par l'élu et de sauver le monde, d'une force maléfique. Au départ, lorsqu'il fut libéré, il était distant et solitaire, mais au contact de Yugi et de ses amis, il a appris à s'ouvrir et à se faire des amis. Malgré la ressemblance physique entre les deux, leurs caractères sont diamétralement opposés. Atem est quelqu'un de plus réfléchit, calme et plus fort. Au contraire il a plus de mal à se faire des amis et à faire confiance facilement, bien qu'au contact de Yugi il se soit assagit. Pour sa dernière aventure, il devait retourner dans son passé pour retrouver son nom et ainsi sauver son monde. Grâce à ses amis, il retrouva son nom et pu sauver son royaume. Puis après un dernier combat avec Yugi, il est retourné dans le royaume des morts pour un repos mérité.

Cela c'est passé pendant les vacances en Août. Tout les quatre vivent à Domino et sont en deuxième année au lycée Domino.

En ce lundi 1er septembre, les cours venaient de s'achever à 15 heures 30, à domino, avec soulagement pour nos comparses qui n'attendaient que cela depuis le matin. Joey se leva le premier tout excité et se dirigea vers Yugi.

« Alors, tu viens ? J'ai envie de m'amuser, allons affronter quelques duellistes, ou alors on va dans une salle de jeux ? »

Yugi n'avait entendu que d'une oreille, car son attention était concentrée sur Anzu qui n'avait pas la grande forme depuis quelque temps.

Car depuis le départ d'Atem, Anzu n'avait pas le moral. Elle avait l'impression de ne plus se reconnaître, comme si une partie d'elle était partie avec lui. Elle aurait souhaité que celui-ci reste auprès d'eux, mais surtout d'elle, pour vivre et rire avec eux. Elle pensait tellement à ça, qu'elle ne se consacrait plus à la danse. Elle avait perdu la flamme qui l'habitait depuis son enfance. Elle continuait à danser, mais cela ne l'exaltait plus autant qu'avant. Elle faisait les gestes presque machinalement, au point que depuis que les cours avaient repris, elle avait arrêté d'aller à ses cours de danse.

Elle venait de se rendre compte que les cours étaient finis. Elle se leva sous le regard de Yugi qui lui adressa la parole.

« Tu nous accompagnes Anzu ? » Demanda Yugi avec un infime espoir que celle-ci dirait oui.

« Je suis désolée, mais je dois aller à mon travail, une autre fois peut-être ? » Dit-elle d'une voix éteinte, sans les regarder et elle sortit de la classe en disant un au revoir triste.

Joey, Tristan et surtout Yugi la regardèrent partir, le cœur gros. Ils voulaient l'aider mais ne savaient pas comment faire, surtout Yugi qui était secrètement amoureux d'elle.

« Ça me fait de la peine de la voir ainsi, je me demande ce qu'elle a ? » Demanda Tristan.

« Je trouve qu'elle est comme cela depuis le départ d' Atem. Je sais que cela a été très dur pour nous tous, mais elle n'a pas l'air de s'en remettre » continua Joey. « Qu'en penses tu Yugi ? » Questionna Joey en regardant Yugi.

Mais celui-ci ne répondit pas car il se demandait si les sentiments de Anzu pour Atem étaient plus que de l'amitié d'où la raison de sa tristesse, et en même temps, il se refusait à l'admettre. Il se leva donc plein d'entrain pour chasser ses pensées.

« C'est sûr, c'est dur pour elle mais elle est plus forte que n'importe qui et d'ici quelque temps elle retrouvera sa gaîté ! Je la connais et j'en suis sûr, il faut la laisser tranquille, car je pense que dans ces moments-là, on veut être seul. Allons donc nous amuser ! »

Mais au fond de lui, Yugi se faisait beaucoup de souci et se demandait si vraiment elle irait mieux. Surtout qu'il avait remarqué que c'était en sa présence qu'elle se sentait le plus triste, car elle avait du mal à lui parler seul à seul comme avant. Il se demandait si c'était du au fait de sa ressemblance avec Atem. Pourtant, tout au fond de son cœur, il souhaitait l'aider et retrouver la complicité qu'ils avaient avant, mais surtout la revoir heureuse.

Ils sortirent donc du lycée, par une belle et douce après midi, pour une fin d'été. Tout d'un coup, ils tombèrent sur un groupe de jeunes duellistes qui s'affrontaient et lorsqu'ils virent Yugi, ils voulurent l'affronter en duel.

« Dites ! Vous voulez bien nous affronter en duel Mr Mûto ? » Dirent-ils.

« Ne m'appelez pas Mr mais plutôt Yugi et je ne sais pas… ». Il n'eut pas le temps de finir car Joey les interpella.

« Eh, moi alors ! Je suis prêt à vous affronter ! »

Car il se sentait un peu comme sous-estimé. Après tout, il avait fini quatrième au tournoi de Bataille ville et voulait leur montrer qu'il n'était plus un débutant.

« Peut être… mais nous… on préfère affronter Yugi, le roi des duellistes ! » Lancèrent–ils.

« Si vous voulez l'affronter, il faudra d'abord m'affronter en premier c'est compris !! » s'emporta Joey.

« Calme toi voyons ». Dit Yugi.

« C'est clair bougre d'idiot ! Tu ne vas pas te frotter à des gamins, idiot ! » Lança Tristan, d'un regard moqueur.

« Quoi… tu oses me traiter d'idiots ! Tu t'es pas regardé ! » Cria Joey qui s'était rapprocher dangereusement de Tristan, prêts à se frotter à son ami.

« Viens je t'attend » cria Tristan qui avait levé ses poings pour parer les coups.

Pendant que les deux compères se disputaient, Yugi et les enfants les regardèrent en riant. Puis se tournant vers les duellistes, yugi pensa à quelque chose pour essayer de ramener à la raison ses deux amis.

« Ecoutez je veux bien vous affronter, si vous affrontez Joey en premier, d'accord ? Dit Yugi.

Les duellistes se regardèrent et après un moment d'hésitation, ils acceptèrent. Yugi interpella Joey, qui se trouvait sous l'emprise de Tristan et essayait de respirer car Tristan l'avait attrapé par un bras autour du coup et était plié en deux sous Tristan. Lorsqu'ils entendirent Yugi les appeler, ils se regardèrent un moment puis s'écartèrent l'un de l'autre chacun essayant de reprendre une contenance. Joey s'approcha d'eux et commença son duel, prêt à livrer bataille sous les yeux de tous, pour leur montrer ce qu'il valait.

'Je ne suis peut être pas encore du niveau de Yugi, mais je me défend et un jour j'arriverai à le battre'. Pensa Joey, en son âme et conscience. Et il y croyait très fort. Il sourit intérieurement et commença son duel avec l'encouragement de ses amis.

Pendant ce temps là, dans une maison de thé, Anzu qui y travaillé, était plongée dans ses pensées et ne vit donc pas que de nouveaux clients venaient d'entrer et attendaient d'être servis.

« Anzu il y a des nouveaux clients sont arrivés ! » dit gentiment une des serveuses. « Tu ne te sens pas bien ? Tu as l'air bizarre depuis un moment. Si ça ne va pas, tu peux m'en parler, Anzu ? »

La jeune serveuse qui lui avait adressé la parole se prennomait Kazumi. Elle n'était autre que la cousine d'Anzu, et elles ne s'étaient pas vues depuis des années, puisque Kazumi habitait Kyoto avec ses parents. Mais elle avait décidé de poursuivre ses études à Domino, à partir du prochain semestre et s'était donc installé en ville pendant les vacances d'été, chez les parents d'Anzu pour ne pas se sentir seule, et Anzu et ses parents étaient ravies. Elle avait trouvé cet emploi de serveuse dans cette maison de thé une semaine avant Anzu, qui était en Egypte à ce moment là. Elle s'étaient donc retrouvées dans le même travail et étaient enchantées, car elles s'entendaient comme des sœurs. IL est vrai que Kazumi avait un caractère facile, elle était douce et serviable et s'entendaient bien avec les gens en générale qui appréciaient son caractère. Kazumi avait donc remarqué que depuis son retour d'Egypte Anzu était moins gaie et enthousiasme que d'habitude. Elle se demandait s'il s'était passé quelque chose en Egypte.

« Non, tout va bien ! Ne t'inquiète pas Kazumi, j'étais ailleurs, mais je vais me reprendre » La rassura-t-elle en ébauchant un sourire, et elle partit à la table des nouveaux arrivants.

Kazumi la regarda et se demanda ce qu'elle avait car, même si elle affirmait le contraire, elle sentait bien qu'elle avait un problème. En effet, Anzu était toujours joyeuse, pleine d'entrain et sérieuse dans son travail, et là elle était tête en l'air et morose. Elle espérait qu'un jour, elle lui parlerait « Pourvu qu'elle retrouve sa joie de vivre, que quelqu'un puisse l'aider », pensa t-elle de tout son cœur et elle retourna à son travail, car d'autres clients affluèrent.

A 18 heures, Anzu et Kazumi sortirent de leur travail et se dirigèrent direction leur maison.

« Je me sens un peu nerveuse pour demain. Heureusement que tu es là, Anzu ! » Dit Kazumi. En effet, car elle commençait sa rentrée demain au lycée Domino.

« Ne t'inquiète pas ! Tout ira bien ! Je suis et je serais toujours là pour toi. De plus tu vas rencontrer mes amis ! Je suis enchantée de te les présenter ! Tu verras ils ont sympas !» Répondit Anzu en souriant et en mettant une main sur l'épaule de sa cousine.

« Merci et j'ai hâte de les rencontrer, moi aussi ! » dit Kazumi an souriant aussi et en regardant Anzu.

« Est-ce que tu peux rentrer à la maison sans moi, j'ai encore quelque chose à faire, avant de rentrer ! Excuse moi ! » Lui dit Anzu.

« Non… Ne t'en fait pas ! Je te vois plus tard ! » Lui répondit Kazumi.

En souriant elle laissa Kazumi et se rendit comme chaque jour au musée pour contempler la tablette représentant le pharaon et son prêtre qui menaient un duel, celle-là même qu'elle avait admirée, autrefois, avec lui. Son regard était emprunt de tristesse, de mélancolie et elle se répétait sans cesse.

« Pourquoi es tu parti, j'aimerais tellement que tu sois là auprès de… moi » Dit t'elle en laissant quelques larmes s'échapper de ses yeux. C'était comme une prière qui chaque jour lui étreignait le cœur.

Le personnel du musée avait remarqué cette belle jeune fille au visage si triste et mélancolique, car elle restait un long moment à contempler cette tablette. Cela les émouvaient et les intriguaient en même temps. Ils se demandèrent ce qu'il se passait.

« Je me demande pourquoi elle vient tous les jours la contempler avec ce regard si triste ? » S'interrogea l'un d'eux.

« Et surtout que représente t-elle à ses yeux, ce n'est qu'une tablette, certes très belle mais aussi très ancienne. On dirait qu'elle est très chère à son cœur » Ajouta un autre employé.

Le mystère demeura entier pour eux et ils retournèrent à leur travail après cette brève pause, sans avoir de réponse et en se demandant si demain elle serait toujours là. En effet, la tablette allait bientôt quitter le musée pour retourner en Egypte, par un ordre du consulat d'Egypte qui désirait la récupérer pour l'exposer dans un autre musée. Comment cette jeune fille allait-elle réagir ? Voilà ce qu'ils se demandèrent .Ils la virent partir vers 19 heures, comme chaque jour, avec l'impression que quelques larmes avaient coulées

Elle quitta donc le musée avec ses pensées tristes tout en essayant de garder le sourire. En chemin, elle tomba sur Joey, Tristan et Yugi en pleine discussion animée et les entendaient rire et discuter.

« Alors, t'as vu Yugi ! Je les ai tous battus. Franchement… ils ne faisaient pas le poids, et ils ont osé refuser de m'affronter, non mais vraiment !! » Fanfaronna Joey.

« Mais oui ! Tu es le meilleur, vive le roi Joey et sa magnifique performance en tant que duelliste ! » Dit Tristan en se courbant comme faisaient les bouffons devant leur majesté et sous le regard de Yugi qui ne put retenir un sourire.

« Oh ! Ca va, Tristan !! Tu te crois drôle ! Et toi Yugi pourquoi tu rigoles ? »

« Pardon Joey ! Mais c'est vrai que c'était drôle, mais tu as été formidable, et un jour tu seras respecté dans le monde des duellistes. En tout cas, moi je te respecte et je suis fier de toi !! » Dit Yugi.

« C'est vrai tu es devenu très fort et je m'excuse. C'était juste pour te taquiner !! » Dit Tristan, en prenant Joey par le cou pour lui montrer qu'il le pensait et qu'il était fier d'être son ami, ainsi que de son parcours.

Joey repoussa gentiment Tristan et se retourna pour ne pas montrer que ces paroles l'avaient touché, car il voyait que ses amis croyaient en lui et qu'ils étaient toujours là. Pour lui, rien n'était plus important au monde que l'amitié. Il se retourna donc pour regarder ses amis.

« Merci ! Les amis. » Dit il d'un air gêné une main derrière la tête.

Puis ils se mirent à rire à gorge déployée et là Joey s'arrêta et regarda au loin d'un air grave.

« Qu'est ce qu'il y a ? Tu en fait une... » Commencèrent à demander les deux garçons.

Car ils venaient de se retourner et de voir ce qui avait accaparé Joey. En effet ils aperçurent Anzu au loin et ils décidèrent de l'approcher en se mettant à courir pour la rejoindre.

« Eh ! Anzu ! Si tu as fini ton travail, viens avec nous c'est pas bon pour le moral de rester toute seule. Et puis d'abord tu n'as pas le choix c'est un ordre ! » Dirent ils essoufflés, d'un ton mi sévère.

« Je ne sais pas… » Commença t-elle par dire.

Puis elle les regarda et compris qu'ils se faisaient du souci pour elle. C'est ainsi qu'elle décida tout de même de les suivre pour ne pas trop les inquiéter et surtout pour essayer d'oublier, même si ce n'était que pour une soirée. Ils finirent donc la journée ensemble, plus soudés que jamais et sortirent un peu partout là où l'on pouvait s'amuser. Ils rentrèrent un peu tard mais heureux, même Anzu.

« Merci les garçons ! Je me sens vraiment mieux. Merci d'être là pour moi » Leur dit-elle pour les remercier de leurs aides.

« Eh ! C'est rien. Les amis sont là pour ça ! N'oublie pas ! Tu nous as aidés plus souvent que nous !» Dirent ils.

Anzu sourit pour la première fois depuis longtemps. Puis elle se souvint de quelque chose.

« Oh ! J'ai oublié de vous dire que quelqu'un serra là demain avec moi. En fait, il s'agit de ma cousine Kazumi qui est arrivé il y a quelques jours. Je vous la présenterais. Donc soyez gentil, les gars ! Ok !! »

« C'est vrai ? T'inquiète pas on sera gentil avec elle ! je suis pressé de la rencontrer ! » Dit Joey enthousiaste.

« Yeah ! Très bien ! C'est cool ! » Lui dit Tristan.

Ils se quittèrent tous pour rentrer chez eux. Yugi proposa à Anzu de la raccompagner mais celle-ci refusa.

« C'est gentil, mais je préfère rentrer toute seule ! Ne t'inquiète pas je vais bien ! De plus, tu dois toi aussi rentrer chez toi ! Mais merci ! »

« Mais ça ne me dérange pas tu sais je … » Yugi ne continua pas car il voyait bien que Anzu voulait être seule.

« Comme tu voudras mais n'oublies pas qu'on est là pour toi ! » Dit-il tout simplement.

Mais il pensait en son for intérieur 'Moi je suis là. J'aimerais tellement t'aider car tu compte beaucoup pour moi'. Il n'osa pas poursuivre ses pensées car il savait qu'il se ferait du mal.

Anzu lui sourit en disant bonsoir et s'éloigna.

Lorsqu'il la vit partir Yugi se sentit envahir d'une tristesse et d'un désespoir qu'il ne pouvait réfréner, car il comprit qu'elle n'avait pas besoin de lui. Pourtant son vœu le plus cher était d'être avec elle, de la voir sourire et voir qu'il était incapable de lui rendre sa joie l'attrista. Des larmes s'écoulèrent de ses yeux.

« Bonne nuit ! » Murmura t'il abattu.

Il rentra chez lui plus dépité que jamais. Mais quand il arriva, il décida d'oublier ça et d'être fort pour elle et pour lui.

Lorsqu'elle se retourna et le vit s'éloigner Anzu le regarda avec gratitude mais, même si elle s'était amusée, elle ne pouvait s'empêcher de penser à « lui ». Mais elle se dit comme pour s'encourager : « Il est partit à présent je dois me ressaisir et réapprendre à sourire. Après tout je ne suis pas toute seule et je ne veux inquiéter personne !! ». C'est sur ces bonnes paroles qu'elle se coucha et pour la première fois, elle dormit tranquillement.


Continue Reading Next Chapter
Further Recommendations

Marimar Amieva: I just can't believe the story! I absolutely loved it, all of it. The characters and their chemistry between them, and the fact that they are relatable. The story also has some sick plot twists, which I never saw coming. I loved the fact that it is an adorable love story but has its mystery touc...

SPepper: I had a hard time putting this book down even to go to sleep. The story is compelling and beautifully character driven. I hope author will make this a series.

rihannabkj2: Great story,I can hardly stop reading this novel. it shows that compassion and love can still exist after so many years between two persons. I most say well done to the Author who wrote this book. Others should read this book inorder to know that there can still be LOVE among two persons no matt...

Stephen Warner: To start off, I am thoroughly impressed. The writing style is somewhat unique, and the plot seemed to move at a nice and steady pace. However, I was not expecting this to be a vampire book! I am usually not one for novels about vampires, but I was pleasantly surprised! You wrote with such grace a...

Flik: Hi! ^.^ huge fan of yours on ff.net! When I saw the note about this contest on The Way We Smile, I couldn't help but rush over here, create an account, and vote! XD Seriously love this story and would recommend it to anyone! :D best FT fanfiction out there. Amazing story, amazing concept that wa...

JONANNA: As an avid reader it is not often I say that about a book. The plot is what was different and the twists where unexpected. This book is defiantly a page turner and enjoyable read. I can't wait to reread this novel after a little editing to finish off the shine on this wonderful novel.

Rachel Mc Donald: This was an awesome book a real page turner couldn't put it down . The characters all had a good back story . I love these kind of books and would read it if you decided to write a follow up book . Excellent work

Hudson: Your story was fantastic Erin! The Rising Sun was one of the first stories I read on Inkitt, and I have to say I don't regret the three to four days I spent pouring through the story.Probably the biggest strength I see in your writing is your characterisation of Eliana, Oriens, and the rest of th...

Shreya Biswas: Finally god...... I was tired of Charissa doubting Frederick's love... yes.. All's well that ends well.... i was getting really downright agitated at the author because the suspense was held really well on how things will work out in the epilogue and i just wanted them to have a happy ending.. An...

More Recommendations

OpheliaJones: This story took a different kind of spin on the "normal girl lives with definitely not normal guy" plot. The plot points of Frey's father, Liam's family, and Frey's view of Liam's world were good to read. She did not fall in love with him in the first couple weeks. Their lives were not smooth in ...

maewilde25: I am so in love with this story!!! captivated me till the very end, there wasn't a dull moment. Didn't particularly enjoy the lay out and some bits of info was missing along with how a 21 year old man amassed so much wealth that needed to be explained other than that and a few spelling errors, th...

maewilde25: I liked this, though it dragged on for over 200pages and heaven knows I did not expect the plot twist in the middle. David being Cristiãn. I was wondering when he would show up and didn't know he was there all along. it looks like there should be a sequel, please let there be a sequel. I know the...

zoheusher20: What more can I say? The writing style and little details drew me into the book and for the entirety of the story I was Juliet. I felt her turmoil and emotions and every trouble or triumph as they arrived. This story was very different and had quite a few little but unexpected twists that made it...

annie08c: I really like this story, I can relate to it a lot and with how she feels, the boyfriend and the events that happened but I'm a little bit younger. It was really good plot, really liked how you stuck to the topic and you had a new title for every chapter making me guess what's going to happen. Ma...

Sandra Estrada: I loved every minute of it and I thank my lucky stars that brought me to the story, it's been a whirlwind of emotions, plot twist after plot twist but I never got tired of them. Abby and Kade's story is a hard one to understand but once you're submerged in their story and love, you can't help but...

About Us:

Inkitt is the world’s first reader-powered book publisher, offering an online community for talented authors and book lovers. Write captivating stories, read enchanting novels, and we’ll publish the books you love the most based on crowd wisdom.