Un amour par delà le temps

Chapter 3

Après une bonne nuit de sommeil, Atem se réveilla frais et dispo. Assis dans son lit, il se remémora tout ce qu'y avait été dit la veille. Il resta ainsi quelques minutes sans bouger.

A travers les rideaux de sa chambre, il pouvait entendre la vie reprendre ses droits. En effet, comme la veille, la ville endormie se réveillait.

Atem écouta ces bruits qui lui devenaient familier. Il se leva, se dirigea vers la fenêtre, tira les rideaux et ouvrit celle-ci. Un souffle léger s'engouffra dans la pièce et fit virevolter les rideaux. Ses cheveux balayèrent son visage. Il se laissa imprégner par cette brise tiède qui lui caressait la peau. Il ferma les yeux pour en savourer la caresse. Puis il se retourna, après avoir regarder la ville et commença à se préparer.

De l'autre côté du couloir, Ishizu venait de se réveiller, également, et se préparait. Elle aussi, repensait à ces dernières vingt quatre heures, riche en émotion et en surprises. Elle sourit en pensant à la réaction de son frère. Elle se demandait qu'elle avait été la réaction d'Odion lorsqu'il lui avait dit la vérité. Bien qu'Odion était quelqu'un de plus mature et de plus calme, il avait dû être étonné par cette nouvelle. En repensant à lui, un léger sourire naquit sur ses lèvres. Elle était pressée tout d'un coup de rentrer chez elle et de voir leur réaction.

Elle boucla son sac sur cette pensée et sortie de sa chambre bagage en main. Elle fixa la porte de la chambre d'Atem en se demandant si celui-ci était réveillé. A peine s'était elle posée la question, qu'elle vit la porte s'ouvrir sur lui.

Surpris tous les deux, ils se dévisagèrent pendant quelques secondes, puis il se sourirent mutuellement.

« Bonjour ! Quelle coïncidence ? Je me demandais justement si tu étais levé ! » Commença Ishizu en souriant toujours « Comme tu peux le voir, j'ai fais mes bagages pour notre départ » Finit-elle par dire plus sérieusement.

Il acquieça en silence en la fixant de ses yeux intense et profond, et il s'approcha d'elle.

« Oh Fait! as-tu bien dormi, Atem ? » Demanda t'elle en le voyant approcher.

« Bonjour Ishizu ! Oui …. J'ai bien dormi, ne t'en fais pas ! Je commence à m'habituer peu à peu à l'idée que je suis en vie, mais c'est une drôle d'impression ! » Dit-il de sa voix profonde et chaude, en baissant les yeux.

Tout aller si vite. Dire qu'il y a un mois encore, il n'était qu'un esprit partageant le corps de son ami Yugi. Il combattait pour sauver son pays et le monde d'un chaos total et avait enfin retrouvé son nom. Maintenant, il était là, bien vivant dans une autre époque totalement à l'opposé de sa vie d'avant, sans titre royal. Ici il n'était qu'un homme et il commençait à apprécier cela. Il s'était jamais considéré comme quelqu'un de sang royal, pour lui, il n'existait pas de différence entre les Hommes, qu'il soit de sang royal ou non. Bien sûr il devait s'habituer à cette nouvelle vie et à ses nouvelles émotions qu'il ressentait. Et il avait du mal à les exprimer.

Ishizu le regarda attentivement, elle semblait suivre le cours de ses pensées et acquieça. Si elle vivait la même situation, comment aurait elle réagi.

Ils décidèrent de descendre pour prendre un petit déjeuner avant de se rendre à la gare.

A dix heures, ils arrivèrent à la gare et se dirigèrent vers l'accueil pour prendre leur billet. Ishizu avait réservé deux places en première classe pour être tranquille. Ils attendirent, assis, l'heure de leurs trains.

Atem regardait au loin un groupe d'amis qui discutaient joyeusement. Cela lui rappela ses propres amis qui se trouvaient au Japon. Dire que sans ces aventures, il n'aurait jamais vraiment connu le vrai sens de l'amitié.

Bien sûr, il avait eu des personnes qui avaient tenu à lui, mais c'était plus pour son statut et sa puissance. C'était plus une vénération qu'une véritable amitié. Et le peu de personne qu'il appréciait véritablement, il ne leur avait jamais dit ni montré. C'était un sentiment qu'il ne connaissait pas, certes on lui avait appris à respecter et aimer son prochain et son peuple, mais aussi à être digne en toutes circonstances et donc ne jamais montrer ses sentiments et encore moins ses émotions, signe de faiblesse. Il avait donc très peu montré ses sentiments, même s'il avait apprécié certains des gens qui l'aimait. Ce n'est que lorsqu'il s'été retrouvé en tant qu'esprit sans se souvenir de ses origines et en faisant la connaissance de Yugi et de ses amis, qu'il apprit à s'ouvrir un peu plus.

Il esquissa un sourire en se souvenant de sa première rencontre avec Yugi et du chemin parcouru. Il avait hâte de les revoirs, il se demandait comment ils allaient réagir. La séparation fut si éprouvante pour tous.

Perdu dans ses pensées, il ne vit pas que l'heure du départ arriva. Ce ne fut que lorsqu' Ishizu lui donna un petit coup de coude, qu'il le réalisa.

Ils se levèrent et se dirigèrent vers leur quai, pour monter dans le train. Ils s'installèrent à leur place après avoir oblitéré leur billet et mis leur bagage dans leur compartiment.

Ils entendirent le sifflet du contrôleur et sentirent le train se mettre en marche lentement, puis de plus en plus vite.

'Ca y est ! Le voyage vers nos retrouvailles commencent' Pensa Atem. Il avait hâte d'arriver et de revoir Marek et Odion. Mais surtout Yugi et ses amis. Il savait bien que s'était pas pour tout de suite, mais de nature calme (en général) et patient, il saurait trouver le courage d'attendre.

D'ailleurs tout le long du voyage, il resta calme, malgré son désir d'arriver. Seul la lueur dans ses yeux, qui pétillaient, et un sourire sur ses lèvres le trahissaient.

Ishizu le regarda et esquissa un sourire également. Le voyage se déroula dans une ambiance calme.

Au même moment, au Caire, quelqu'un d'autre était aussi impatient que le train arrive.

Depuis qu'il s'était levé, Marek exultait chez lui. Bien que la veille il ait affirmé le contraire, et malgré la désapprobation d'Odion, Marek avait décidé de rester à la maison. Il avait prévenu Bakura le matin qu'il ne viendrait pas, prétextant qu'il avait mal à la tête et préférait rester à la maison. Celui-ci surpris lui avait souhaité un bon rétablissement et le rassura en disant qu'il prendrait ses devoirs pour lui. Marek le remercia, bien qu'il fut un peu gêné de lui mentir.

Il était tellement nerveux, qu'il toucha à peine à son assiette et fixait tout ce qui indiquait l'heure, toutes les dix minutes.

Odion était un peu exaspéré, mais il comprenait ce qu'il ressentait et pour le calmer, il lui proposa de sortir pour combler l'attente.

Ils déambulèrent dans les rues et s'arrêtèrent dans tous les endroits susceptibles de les occuper. Après avoir parcouru des kilomètres en ruelles, et avoir déjeuner, ils arrivèrent à la gare en voiture, avant l'heure prévue. Ils s'installèrent à la terrasse d'un café et commandèrent de quoi étancher leur soif.

Pendant cet intermède , Marek pensa lui aussi à tout ce qu'il avait vécu, le bon comme le mauvais. Il revoyait le mal qu'il avait pu faire, manipulé par le côté obscur qui s'était manifesté depuis son initiation en tant que gardien du tombeau.

En effet, depuis des siècles, sa famille était les gardiens du tombeau du pharaon de père en fils. Quant l'âge était venu pour Marek de succéder à son père, celui ci avait d'autres aspirations, de vivre une vie normale. Mais il respectait et craignait son père et n'avait donc pas osé le désobéir. Cette dualité avait crée un côté sombre en lui, qui fut amplifié lorsqu'il eut entre les mains l'un des objets du millénaire, et surtout quand Odion s'était évanoui lors du tournoi.

En rencontrant le pharaon, et en l'affrontant, il réussit à battre ce côté maléfique et pu réapprendre à vivre, en prenant ses propres décisions et vivant comme il le voulait. Il était éternellement reconnaissant au Pharaon de sa nouvelle vie.

Assis devant son café, il savourait la vie qui s'offrait à lui. Plongé dans ses pensées, il ne vit l'heure arrivée que lorsqu' Odion se leva. Ils se dirigèrent vers le quai pour attendre l'arrivée du train.

Dans le microphone, ils entendirent une douce voie annoncer l'arrivée imminente du train en provenance de Louqsor et à destination du Caire. Quelques minutes après, ils entendirent au loin le bruit d'un train. Ils regardèrent dans la direction d'où provenait ce bruit, et ils virent arriver le train qui avait ralenti, pour pouvoir s'arrêter le long du quai.

« Eh! Ils arrivent! C'est pas trop tôt! » S'exclama Marek en pointant du doigt le train qui arrivait.

Odion ne dit rien et se contenta de regarder le train également avec un sourire aux lèvres.

Le train ralentit de plus en plus et commença à s'arrêter le long du quai. Un bruit assourdissant ce fit entendre lors du freinage, suivit d'une secousse qui annonça que le train venait de s'arrêter.

Marek atttendit que les portes s'ouvrent et commença à chercher où sa soeur et Atem allaient sortir. Il devait jongler entre les gens qui sortaient du train et ceux qui, comme lui étaient là pour les chercher. Il se demandait s'il allait les trouver un jour.

Odion les cherchaient de loin et les aperçut descendant du train. Il tenta d'appeler Marek pour le prévenir, mais celui ci ne l'entendait pas. Il alla donc à la rencontre d'Ishizu et du pharaon pour les rejoindre et les saluer.

« Bonjour Ishizu! Pharaon! Comment allez vous? Le voyage s'est bien passé ? » Demanda Odion en se présentant devant eux souriant.

« AH! Odion! Bonjour! Je vais bien, merci! Et le voyage s'est bien passé, ne t'en fais! Merci d'être venu nous chercher!! » Répondit Ishizu en souriant également.

« Bonjour Odion! Mais je t'en prie appelle moi Atem, comme j'ai dit à Ishizu je ne suis plus pharaon! » Lui répondit Atem en le saluant.

« Je suis content de vous revoir tout les deux ! Vous devez être fat... » Il n'eut pas le temps de finir, car Marek venait de les apercevoir et les interpella.

« Ishizu...Pharaon! Enfin... je vous...trouve! » Rétorqua Marek en essayant de reprendre son souffle.

« Je croyais que je ne vous trouverez jamais!! Enfin bon retour parmi nous!! »

« Oui! Merci petit frère, mais reprend ton souffle nous avons le temps!! » Commença Ishizu maternellement « et puis je pense qu'il préférerait que tu l'appelles Atem, n'est ce pas? » Dit-elle en le regardant un sourire aux lèvres, pour que celui ci n'ait pas à répéter une troisième fois ce qu'il lui avait dit la veille..

Atem la regarda en souriant également en comprenant le message. Puis, il se tourna vers Marek et le regarda mi amusé, reprendre son souffle.

« Marek ça va? »

« Hein! Ah oui ne t'en fais pas ATEM! » Dit-il en souriant et assistant sur son prénom. Il comprenait fort bien que celui-ci voulait se faire appeler par son prénom au lieu de son titre? Ce qui lui convenait parfaitement.

« Ishizu! Si tu veux avoir le temps de te préparer pour ton rendez vous, il vaut mieux y aller maintenant, tu ne crois pas? » Dit Odion en regardant sa montre, puis Ishizu.

Celle-ci acquieça en souriant et le regarda en hochant la tête pour approuver ce qu'il venait de dire.

Ils se dirrigèrent vers la sortie, puis vers la voiture. Ils s'installèrent à l'intérieur, Odion et Ishizu devant et Marek et Atem derrière. D'ailleurs tout le long du chemin , Odion et Ishizu pouvaient les entendre discuter, en fait surtout Marek. Celui-ci lui racontait la vie qu'il avait, mais posait également des questions à Atem. Celui ci y répondait en souriant.

Ils arrivèrent chez eux et montèrent les escaliers pour montrer sa chambre à Atem et le laisser se reposer. Il posa le peu d'affaires qu'il avait au pied du lit et alla se mettre devant la fenêtre pour regarder la ville.

Ishizu, quant à elle alla dans sa chambre, défit ses bagages et alla se rafraîchir un peu.

Odion et Marek redescendirent et préparèrent une collation pour leur permettre de se désaltérer. Vingt minutes, plus tard, Atem et Ishizu redescendirent au salon pour pouvoir discuter en compagnie d'Odion et Marek. Atem leur raconta son aventure, comme il avait fait la veille avec Ishizu. Marek et Odion l'écoutait les yeux grands ouverts (surtout Marek), par ce récit. Ils eurent la même réaction qu'Ishizu concernant la chance qui lui avait été offerte de revivre une deuxième fois.

« Bon je crois que je vais y aller, car il est bientôt l'heure de mon rendez vous avec Mr Poulos! Odion tu veux bien m'y emmener! » Demanda Ishizu.

« Oui, pas de problème! Je vais préparer la voiture! » Répondit Odion en se levant.

« Merci beaucoup, j'arrive! » Lui répondit elle en lui souriant.

Odion lui sourit également et sortit du salon. Ishizu se retourna vers on frère et lui dit :

« Bon! Pendant mon rendez vous je compte sur toi pour t'occuper d'Atem, mais ne l'embête pas trop, d'accord! » Dit elle à Marek.

« Oui ne t'en fais pas! Eh! Mais est ce que je peux l'emmener dehors, pour lui montrer la ville un peu! » Demanda Marek qui venait d'avoir cette idée.

« Eh bien!... » Commença t' elle un peu indécise.

« Ne t'en fais pas Ishizu! Ca ne me dérange pas au contraire!! Marcher après ce voyage me ferra du bien! » Lui répondit Atem en souriant et en se levant.

Rassurée Ishizu acquiesça et se dirigea vers la porte. Marek et Atem la regardèrent sortir, puis ils se regardèrent.

« Bon alors puisque tu est d'accord on pourrais aller faire un tour en ville! » Dit Marek.

« Très bien allons y! » Lui répondit Atem.

Marek acquiesça et ils allèrent chercher leurs affaires et sortirent en ville en refermant la porte derrière eux.

Ishizu et Odion arrivèrent au ministère de la culture et se présentèrent à la secrétaire.

« Bonjour! Je suis Mlle Ishtar! J'ai rendez vous avec Mr Poulos, je vous prie! » Lui dit elle gentiment.

« Bonjour, Mlle Ishtar! Oui Mr Poulos vous attend! Vous pouvez y aller! » Lui répondit la secrétaire en souriant.

Ishizu et Odion la remercièrent et se dirigèrent vers le bureau de Mr Poulos. Ils frappèrent à la porte et attendirent que celui-ci leur dise d'entrer.

« Ah! Ishizu! Odion ! S'exclama celui-ci joyeusement, lorsqu'il les vit entrer « Je suis ravi de vous revoir ! Mais que me vaut l'honneur de votre visite ? »

« Mr Poulos! C'est un plaisir de vous revoir! Et je vous remercie de nous recevoir ! » Lui répondit Ishizu.

« Bonjour Mr Poulos! Comment allez vous » Demanda poliment Odion.

« Je vais bien, merci Odion! » Lui répondit-il en le regardant en souriant.

« Bon si nous passion au chose sérieuse! Votre frère m'a dit que vous aviez besoin d''aide, n'est ce pas? J'espère que je pourrais vous aider! » Dit Mr Poulos en redevenant sérieux.

« Oui! Ecoutez je m'adresse à vous car vous connaissez notre histoire, et j'ai une totale confiance en vous. Donc voilà ce qu'il s'est passé. » Commença Ishizu.

Elle commença donc son récit en n'omettant aucun détail, car elle avait toute confiance en lui et lui seul pouvait les aider. Après un long moment, celui-ci se leva de son bureau, se dirigea vers la fenêtre en retirant ses lunettes. Après ce qu'il venait d'entendre il avait besoin de réfléchir. Oh, ce n'est pas qu'il ne les croyaient pas, mais la nouvelle avait de quoi surprendre. Il resta ainsi quelques minutes sans bouger.

« C'est très intéressant ce que vous me dites!! Alors comme ça un très grand pharaon, qui a sauvé le monde est revenu à la vie, bien bien! » Dit-il en se balançant sur lui même .

Ishizu et Odion le regardèrent un peu anxieux, car il comprenaient fort bien que cela avait de quoi dérouter. Même s'il croyait en beaucoup de chose, il y avait des limites.

Tout d'un coup, Mr Poulos se retourna et un sourire se dessina sur ses lèvres.

« Ecoutez je vous crois, et je serais ravie de vous aider! J'aimerais beaucoup le rencontrer aussi, si c'est possible!! » Leur dit Mr Poulos ravi.

Ishizu et Odion furent ravis également, ils se levèrent de leur chaise et le remercia de leur faire confiance.

« Je vous suis infiniment reconnaissante de votre aide! Ne vous en faites pas, vous pourrez le rencontrer, disons demain! Est ce que cela vous conviendrait? » Lui demanda Ishizu.

« Oui, oui je suis libre demain matin, disons dix heures trente, ça ira? » Demanda Mr Poulos, enchanté de rencontrer quelqu'un d'important, un peu comme un enfant à qui ont offrait un beau cadeau. Car Mr Poulos adorait tout ce qui avait attrait au temps des pharaons, qui était sa période favorite de l'histoire, avec tous ses mythes et légendes.

Ils se serrèrent les mains avec gratitude.

Puis ils le quittèrent, le laissant dans ses pensées. Celui-ci d'ailleurs n'en revenait pas et il était pressé d'être à demain. ' Père et mère je suis sûr que cela vous auraient beaucoup intéressé, je ferait tout ce que je pourrais pour les aider et aider l'histoire ancienne de notre pays à vivre' Pensa t' il émut.

Ishizu et Odion revinrent de leur rendez vous et trouvèrent Marek et Atem dans le salon revenu de leur tour en ville. Elle leur raconta son rendez vous avec Mr Poulos. Et lui dit également qu'elle avait pris rendez vous pour demain matin à dix heures trente.

« Mais tu es sûr que l'on peut lui faire confiance ? Se risqua à dire Atem.

« Ne t'en fais! Comme je te l'ai déjà dit c'est quelqu'un de bien! » Lui dit Ishizu en souriant.

« Ok! Je te fais confiance! » Répondit Atem rassuré.

Ils décidèrent d'aller dîner et de se coucher car un long travail allait commencer.

Atem s'endormit confiant et rapidement Pendant son sommeil, il se retrouva dans un endroit qu'il ne connaissait pas. Une vive lumière y était présente, mais loin d'être éblouissante, elle avait quelque chose d'apaisante. Il se risqua à avancer et tout d'un coup, il vit quelque chose ou plutôt quelqu'un qui se tenait debout. Il ne distinguait pas grand chose, à cause de la lumière, à part sa silhouette. Il pouvait dire qu'il s'agissait d'un jeune fille mais ne la voyait pas distinctement. Il ne pouvait voir d'elle que ses yeux qui était d'un bleu profond et chaleureux. Elle avait l'air de se tenir devant un bâtiment dont l'architecture lui rappelait quelque chose. Mais il se concentra sur elle, car elle tendit son bras comme pour lui demander de la rejoindre. Ses pieds avançaient tout seul, comme si il était hypnotisé. Il se sentait en paix, et heureux, comme si sa place était là tout simplement. Pourtant au moment où il allait l'atteindre, la lumière commença à s'estomper et elle disparue sans qu'il puisse la toucher.

Il se réveilla le lendemain matin en se demandant qui était cette personne. Assis dans son lit il se posait des questions, car c'était la première fois qu'il éprouvait de tels sentiments et il ne savait comment expliquer ce qu'il avait ressenti. En effet il avait toujours été accaparé par ses duels et rien d'autres, alors il ne comprenait pas trop ce qu'il éprouvait. ' Serait ce… mon destin ? '. Pensait-il perplexe. Il décida de se lever et de se préparer pour son rendez vous.

Il descendit et rejoignit Ishizu, Marek et Odion dans la cuisine pour le petit déjeuner. Il décida de ne pas leur raconter son rêve, et de se concentrer sur ce qui allait suivre. Marek partit pour aller au lycée et laissa Odion, Ishizu et Atem seul.

A dix heures vingt, ils arrivèrent au ministère et se présenta à la secrétaire qui les conduisit dans le bureau de Mr Poulos. Celui-ci se leva et salua ses invités, puis se mit à regarder le jeune homme attentivement, car en fait il se rappela avoir vu la tablette représentant le combat entre le pharaon et son prêtre, avant que celle ci ne soit envoyé au Japon. Il fut donc surpris de voir à quel point il lui ressemblait.

« Mon dieu ! Comme vous lui ressemblez c'est inimaginable ! Si Ishizu ne m'avait pas raconté votre histoire je n'aurait jamais vécut un aussi beau moment ! » Dit il enchanté, « Mais asseyez vous, je vous en prie ! » Leur proposa t-ils.

Un peu gêné par cette attention, Atem s'assit en compagnie d'Odion et Ishizu et attendit la suite des évènements.

« Eh! Bien mon garçon! Je suis époustouflé! Alors d'après Ishizu vous êtes revenu du royaume des morts alors que vous viviez il y a plusieurs milliers de siècles. C'est formidable ! » Commença t' il par dire ravi « Mais ne vous inquiétez pas je ne raconterais cela à personne, sinon on me prendrai pour un fou!! » Finit-il par dire en riant.

Atem le regarda un peu surpris, mais il put constater qu'Ishizu avait raison. C'était un homme franc et honnête et à qui on pouvait faire confiance.

« Mais dites moi! Entre nous, comment c'était le royaume des morts!! » Demanda t' il curieux en s'approchan de lui.

« Eh! Bien...Je ne sais pas quoi dire! » Commença Atem gêné.

« Ha Ha Ne vous en faites pas! Si vous ne voulez rien dire ce n'est pas grave! Je demandais ça comme ça!! » Le rassura Mr Poulos.

« Bon revenons à nos affaires! Ishizu m'a dit qu'elle avait pensé à quelque chose concernant votre retour!! J'avoue que c'est pas mal trouvé! Félicitation ma chère Ishizu, je n'en attendais pas moins de vous, mon enfant » Dit Mr Poulos chaleureusement en la regardant.

« Je vous remercie Mr Poulos! Je pense que c'est parfait pour expliquer sa présence ici! Mais le plus dur à trouver c'est l'histoire de son existence, vous ne croyez pas? » Demanda t' elle en le regardant, puis en regardant Atem.

Celui, d'ailleurs ne disait rien car il ne savait quoi dire.

« Oui je vois le problème » Dit Mr Poulos en se frottant le menton « Je sais! Nous n' avons qu' à dire qu'il vivait dans un village reculé de toute civilisation dans le sud de l' Egypte. Je connais quelqu'un là bas qui pourras nous aider. Ne vous en faites pas on y arriveras » Dit il en levant son pouce comme pour dire qu'il n'y aura aucun problème.

« Mr Poulos, je vous remercie! Car voyez vous j'ai hâte de rejoindre mes amis qui vivent au Japon. Alors merci encore pour l'aide que vous nous apportez» Dit Atem en parlant véritablement pour la première fois depuis le début du rendez vous, et en affichant un aire sérieux et déterminé.

Mr Poulos le regarda attentivement encore une fois et il vit une telle détermination qui forçait le respect.

« Mais de rien jeune homme, je suis ravi de vous aidez! Maintenant il faut vous occuper de vos papiers. Ishizu, Odion, je compte sur vous pour vous en charger! Moi je m'occupe de son histoire!! On fait comme ça? » Dit il en regardant Ishizu « Mais si vous avez le moindre problème n'hésitez pas à me le dire et tenez moi au courant de la progression des opérations! »

« Oui, nous nous en chargeons ne vous inquietez pas! Et merci encore! »Dit elle en souriant.

« Oui, moi aussi je vous remercie, Mr Poulos » Dit Atem en se levant.

Il échangea une poignée de main avec cet homme au grand cœur, qui avait accepté de l'aider sans vraiment le connaître. Ils se regardèrent un court instant avec une confiance et un respect mutuel.

Puis ils sortirent du bureau de Mr Poulos et rentrèrent chez eux. Marek rentra de bonne heure et demanda comment cela s'était passé. Après le recit de la conversation qu'ils avaient eut, ils décidèrent de sortir pour commencer les démarches administratives d'Atem. Ils y passèrent la journée et rentrèrent chez eux exténués. Après un bon dîner, ils allèrent se coucher fourbu mais heureux.

Le jour se levait au Japon et petit à petit la vie reprenait. Les gens sortaient pour aller travailler, les enfants pour aller à l'école, en somme la vie reprenait ses droits.

Anzu s'était levée de bonne heure, comme tous les jours et pourtant elle se sentait différente aujourd'hui. En effet pendant son sommeil, elle avait fait un rêve des plus curieux. Elle ne se rappelait pas grand chose, mais ce qu'elle se souvenait s'était la présence d' un jeune homme, qui l'attendait et lui tendait le bras. De lui elle ne distinguait que sa silhouette, mais c'était surtout son regard qui l'avait marqué. Un regard sérieux et emprunt d'une grande force. Et sa couleur, d'un violet intense et chaude. Elle avait pourtant une impression de déjà vue, comme si elle connaissait cette personne, mais elle était incapable de savoir qui c'était. Et pour la première fois, depuis un mois, elle se sentait bien et heureuse, comme si un bon présage venait de se réaliser.

Elle se prépara donc à aller à l'école et descendit dans la cuisine en saluant toute sa famille d'un air gaie et serein. Tout le monde la regarda surpris, ses parents ainsi que sa cousine Kazumi, car depuis quelques temps, elle n'avait par l'air en forme. Même si devant eux elle souriait, ils voyaient bien qu'elle se forçait. Ils étaient donc surpris et en même temps ravis de la revoir telle qu'elle était avant.

« Bonjour, Anzu! Ca va aujourd'hui? » La questionna gentiment sa mère.

« Hum! Oui ! Ne t'en fais pas, aujourd'hui je me sens heureuse ! Comme libérée de quelque chose qui me pesait, je ne sais pas comment l'expliquer, mais ça va » Lui répondit elle en souriant.

« Comme je suis contents, ma chérie! Tu vois, ta mère et moi on s'inquiétait pour toi !» Il se leva et s'approcha de sa fille pour la prendre dans ses bras, sous le regard émut de sa mère et de Kazumi « Tu avais l'air si malheureuse! De plus tu ne nous disais rien et tu te forçais à être gaie! Mais si tout va bien tant mieux, ma fille!! » S'exclama t-il heureux de retrouver sa fille comme elle était avant.

Anzu serra son père dans ses bras pour exprimer sa reconnaissance de tout l'amour que ses parents lui témoignaient. Elle se sentait en paix en son for intérieur et avait retrouvé sa joie de vivre. Puis ils se détachèrent l'un de l'autre et allèrent s'asseoir à leur place.

« Ne t'en fais pas Papa! Je vais bien et je voulais vous remerciez de votre aide et soutien, vraiment merci! » Dit-elle en les regardant tous les trois.

Puis elle s'assit à sa place et avala son petit déjeuner en un temps record. Ils la regardèrent heureux et finirent leur petit déjeuner. Anzu et Kazumi se levèrent de table et posèrent leur vaisselle dans le lavabo, avant de partir.

« Bon nous filons en cours ! A ce soir et bonne journée ! » Dit Anzu en quittant la pièce et en se précipitant à la porte d'entrée.

« Oui, nous allons y aller! A ce soir Mon oncle et ma tante » Dit Kazumi gentiment et alla rejoindre sa cousine qui avait déjà mis ses chaussures et l'attendait.

Ils les regardèrent partir et se regardèrent en souriant, ravie pour leur fille, car elle reprenait enfin goût à la vie.

Anzu et Kazumi se rendirent au domicile de Yugi pour aller à l'école avec lui. En effet, depuis que Kazumi était arrivé à Domino, Anzu l'avait présenté à tous ses amis et était parfaitement intégrée à la bande.

Quand elles arrivèrent chez Yugi, celui ci n'était pas encore prêt. Anzu sonna pour indiquer qu'elles étaient là. Yugi se demandait qui cela pouvait être et continua à se préparer. Sa mère alla ouvrir.

« Anzu! Ca alors cela faisait longtemps que je ne t'avais pas vue? Tu vas bien? » Lui dit elle.

« Bonjour Mme Mûto! Je vais bien merci! Permettez moi de vous présenter ma cousine Kazumi! » Dit elle en regardant sa cousine.

« Bonjour! Kazumi, bienvenue ! Je suis ravie de faire ta connaissance! » Dit Mme Mûto en la saluant chaleureusement.

« Bonjour! Mme Mûto! Je suis suis ravie de faire votre connaissance également! » Dit Kazumi en la saluant et retournant l'affection.

« Merci, Kazumi! Au fait Anzu tu es venu chercher Yugi ? Mais comme d'habitude il n'est pas encore prêt! » S'exclama Mme Mûto en secouant la tête et soupirant.

Anzu se mit à sourire en comprenant ce que ressentait Mme Mûto.

« Bon! Je vais aller le chercher sinon vous serez en retard !! Mais entrez donc» Finit elle par dire en montant l'escalier.

Elle monta à l'étage prévenir Yugi de l'arrivée de ses amies. Le grand père de Yugi, en entendant parler, sortit de la cuisine et alla saluer les visiteuses.

« Oh! Anzu! Quelle joie de te revoir cela faisait bien longtemps ! Yugi va être content » Commença t' il par dire joyeusement. Puis il remarqua la jeune fille qui se tenait en retrait et demanda « Mais dis moi qui est cette ravissante jeune fille? »

Kazumi, en entendant cela se mit à rougir.

« Ah! Grand père je vous présente ma cousine Kazumi, qui va poursuivre ses études ici à Domino! » Répondit Anzu en souriant en regardant la mine de sa cousine.

« Eh! Bien je vois que la beauté est héréditaire dans la famille! Que de charmantes jeunes filles nous avons là!! » Dit il en riant.

Anzu se mit à rire également devant le comportement de Mr Mûto, car elle le connaissait bien et n'était pas surpris qu'il dise cela. De plus, elle riait car elle voyait sa cousine rougir encore plus.

En haut, Yugi n'en crût pas ses oreilles quand sa mère lui annonça la venue d' Anzu. Il se dépêcha de s'habiller et fonça dans les escaliers. Quand il la vit en bas, en train de parler et de rire avec son grand père, il sentit son cœur débordé de joie et se dépêcha de descendre. Mais malheureusement il rata une marche et dégringola les marches. Tout le monde se précipita à ses côtés et lui demanda si tout allait bien. Tout d'un coup, un rire se fit entendre. Ce rire provenait d' Anzu. Les quatres autres la regardèrent rire joyeusement, un peu surpris, puis le fou rire général se fit entendre. Ils rirent de bon cœur heureux d'être là tous ensemble comme avant.

Quand le calme fut revenu, Yugi, Anzu et Kazumi partirent à l'école tout les trois. En chemin Anzu bavardait comme avant et Yugi l'écoutait parler, heureux et pensif en même temps, car il se demandait ce qu'il s'était passé. En effet, avant hier encore elle était toute triste lui adressant à peine la parole et là elle bavardait comme si rien n'était arrivé. Il se demandait ce qui avait bien pu se passer. Il poussa un petit soupir de soulagement et sourit.

A l'école, Jono-uchi Honda remarquèrent la métamorphose d' Anzu et ils se demandèrent également la même chose. Ils s'entretinrent avec Yugi et Kazumi à ce sujet, pendant qu' Anzu était allée dans le bureau du directeur après que celui-ci l'est convoquée.

« Eh bien qu'elle métamorphose ! J'aurais jamais cru la revoir ainsi ? Tant mieux en tout cas » Dit Jono-uchi.

« Ca tu l'as dit! On savait vraiment plus quoi faire et sans elle notre groupe ne ressemblait plus à rien » Continua Honda.

« Ce matin, quand elle venue nous rejoindre à table, elle était redevenue joyeuse comme avant!! C'était un vrai plaisir de la voir ainsi! » Dit Kazumi en souriant.

« Vous voyez! Je vous l'avais bien dit qu'elle irait mieux, il fallait juste attendre! » S'exprima Yugi, qui avait retrouvé tout son optimiste et sa joie de vivre. Car des trois garçons, il était celui qui s'était inquiété le plus du fait des sentiments qu'il éprouvait pour elle en secret depuis toujours.

Dans le bureau, Anzu frappa et entra en saluant le directeur. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant une autre personne assise en face du directeur qui la regardait en souriant. Car elle venait d'apercevoir une vieille connaissance en la personne de Rebecca. Elles se regardèrent et échangèrent un sourire complice.

« Bonjour Mlle Mazaki » Le directeur se leva et contourna son bureau pour aller saluer la visiteuse, puis lui désigna un fauteuil et retourna à son bureau « Je vous présente une nouvelle élève. Elle se nomme Rebecca Hopkins et a le niveau requis pour être dans votre classe, malgré son jeune âge ». Dit le directeur.

En effet, Rebecca avait maintenant 14 ans (elle est peut être plus jeune mais je préfère lui donner cette âge là pour la suite!!), et elle avait toujours eut de l'avance sur les jeunes de son âge, ce qui faisait la fierté de son grand père.

Elles se saluèrent sous le regard bienveillant du directeur. Celui-ci demanda à Anzu d'accompagner et de faciliter l'intégration de Rebecca, ainsi que de bien vouloir répondre à ses questions si besoin était. Elle accepta avec plaisir cette tâche et, avec l'accord du directeur, elles se levèrent et sortirent du bureau de celui ci. Elles purent enfin se parler librement tout en se dirigeant vers la classe.

« Alors comme ça tu viens poursuivre tes études ici ? C'est génial ! » S'exclama Anzu, heureuse de retrouver une amie. Comme ça on fera le poids face au garçon, car tu vois ma cousine viens d'arriver, elle aussi! Je te la présenterais ! » Finit-elle par dire sous le ton de la confidence, ce qui les fit rire toutes les deux.

« Eh! Bien! Moi aussi je suis ravie d'être ici et de vous retrouver tous ici » Dit-elle après avoir retrouvé son calme « Même si au départ mon grand père n'était pas d'accord pour que je vienne ici toute seule » Elle s'arrêta dans le couloir, un cours instant et regarda Anzu dans les yeux « Tu sais ! Il s'inquiète pour moi. Après tout je suis sa seule famille ! Mais bon! Il est toujours en voyage, alors moi j'ai décidé de venir ici et d'être avec vous! » Conclut Rebecca qui voulait montrer qu'elle était indépendante et forte.

Anzu acquiesça car elle comprenait les sentiments de Rebecca, mais aussi ceux de Mr Hopkins. Cela devait être dur pour eux deux, car ils avaient toujours vécu ensemble et malgré ce qu'affirmait Rebecca, celle ci devait être un peu triste. Elle décida de faire son possible pour l'aider et la réconforter si elle en avait besoin.

Quant à Rebecca, la vraie raison de sa venue ici était bien sûr Yugi. Car depuis leur rencontre, elle était tombée amoureuse de lui et voulait être auprès de lui. Et ça, Rebecca aurait fait n'importe quoi pour cela ! C'est pourquoi elle avait bataillé ferme avec son grand père pour finir sa scolarité ici, malgré la séparation difficile pour tous les deux et le déchirement que cela procurait.

Elles continuèrent à bavarder joyeusement, quand au tournant d'un couloir, Rebecca aperçut celui qui était dans ses pensées.

« Oh ! Yugi! comment tu vas ? Tu es content de me voir ? » S'exclama t' elle en se précipitant dans ces bras.

Yugi la regarda surpris, ne prononça pas un mot, stupéfait par cette apparition et ils finirent tout les deux à terre. Si il s'attendait à cela. Il pensa 'Rebecca Ici?'

Les autres les regardèrent par terre et furent tout aussi étonné. Un silence s'en suivit dans le couloir.

« Rebecca, qu'est ce que tu fais ici ? » Demanda Honda, qui fut le premier à se remettre de son étonnement et donc à recouvrir la parole.

« Elle va suivre son cursus ici à partir de maintenant ! C'est pour cela que j'ai été convoquée tout à l'heure ! » Précisa Anzu en souriant, qui était amusée par la situation.

« Tu vas poursuivre ton cursus ici ! Mais ça ne va pas être trop dur pour toi ? » Dit Yugi en retrouvant ses esprits, puis se relevant et aidant Rebecca à se relever également.

« Mais non j'en ai les capacités » Elle secoua sa jupe qui était un peu sale et repris le bras de Yugi en le serrant contre sa poitrine heureuse d'être là « Et puis je suis tellement heureuse d'être auprès de vous, …c'est formidable non ? » Se demanda t-elle inquiète tout d'un coup, en les regardant dans les yeux et lâchant le bras de Yugi, car ils n'avaient pas manifesté beaucoup de leur joie de la voir ici.

« Mais non ! On est super heureux que tu soit là ! » Ils se rapprochèrent d'elle et lui tapotèrent l'épaule en signe d'amitié « On était tous très abasourdi par ton arrivée. C'est pourquoi on n'a pas réagit tout de suite, mais t'inquiète, on est hyper content ! » S'exclamèrent-ils tous.

« Ah! Au fait je te présente Kazumi, ma cousine! Tu sais je t'en ai parlé tout à l'heure!! » Dit Anzu en se tournant vers Kazumi, qui avait regardé la scène un peu en retrait.

« Enchantée de faire ta connaissance!! » Dit Kazumi en la saluant chaleureusement.

Rebecca la regarda un court instant, puis lui rendit son sourire.

« Moi aussi je suis ravie de faire ta connaissance! Eh! Mais tu avais raison Anzu! Maintenant on va pouvoir faire le poids face au garçon!! » Finit elle par dire en riant.

« Hein! Quoi! C'est pas parce que vous êtes trois que vous nous battrez!! Les hommes sont les plus forts» Répliqua Jono-uchi.

Anzu lui donna un coup sur la tête pour lui montrer qu'il avait tord.

Les autres se mirent à rire devant cette scène. Puis, ils rentrèrent dans la classe, car la sonnerie venait de retentir et l'heure d'aller en cours était venue.

Rebecca fut présentée aux autres membres de la classe qui la saluèrent. Puis elle fut placée non loin d' Anzu et pu suivre son premier cours dans la même classe que Yugi et ses amis. Elle commença donc le cours le sourire aux lèvres et heureuse.

A la pause, beaucoup de ses nouveaux camarades lui posèrent des questions sur ses origines, d'où elle venait … et elle y répondit le plus gentiment possible. Pourtant son désir était d'être auprès de Yugi et de ses amis. Elle dû donc attendre patiemment que la pause de midi arrive pour les retrouver. Ils allèrent sur le toit de l'école pour pouvoir déjeuner et bavarder tranquillement.

« Eh bien ! Tu en as eut du succès ! Remarque, c'est normal, après tout une jeune américaine en deuxième année de lycée ici ça peut surprendre » Dit Jono-uchi en mangeant de bonne appétit.

« C'est vrai que ce n'est pas courant une petite fille de ... « Commença Honda.

« Eh ! J'ai quatorze ans depuis quatre mois je te signales » répliqua Rebecca,.

« Tu es au lycée à cet âge là! Félicitation tu dois être un génie!! » Dit gentiment Kazumi, surprise.

« Oui tout à fait! Mais même si je suis plus jeune que vous, je suis quand même une jeune fille!! » Dit elle en bombant la poitrine, car elle ne voulait pas paraître une petite fille aux yeux de Yugi. D'ailleurs elle le regarda pour voir sa réaction, mais celui-ci se contentait de manger et d'écouter ce qu'ils se disaient. Déçue elle baissa la tête sur son repas et poussa un petit soupir.

Anzu remarqua le désappointement de son amie et se demanda ce qu'il se passait.

« Oui enfin bref ! Ce n'est pas courant, mais bon c'est génial que tu sois là ! On devrait fêter ça après les cours, qu'en dites vous ? » Demanda Jono-uchi. Après avoir englouti son sandwich et faillit s'étouffer.

Ils acceptèrent tous l'idée de Jono-uchi et décidèrent de se retrouver chez Yugi après les cours. D'ailleurs celui-ci demanda à Anzu et Kazumi si elles devaient aller travailler aujourd'hui. Anzu le regarda et lui répondit que non. Il la regarda également et lui sourit d'un air éblouissant et complice, comme s'ils étaient seuls rien que tous les deux. Mais ce regard n'avait pas échappé à Rebecca. ' Pourvu qu'il ne soit pas amoureux d'elle' S'alarma t'elle un instant. Elle tenta de se rassurer en se disant qu'elle avait dû imaginer des choses. Pourtant elle décida d'en toucher un mot à Anzu, pour en avoir la certitude.

A quinze heures trente à la fin des cours, ils rentrèrent chez eux pour se changer et se rendirent chez Yugi, en s'arrêtant avant pour faire quelques courses. Arrivé chez lui, Ils s'installèrent dans le salon de celui-ci et préparèrent la fête. Le grand père de Yugi fut extrêmement étonné et heureux, en même temps, de revoir Rebecca, car il la considérait comme sa petite fille, du fait de l'amitié qu'il portait à son grand père. Il la questionna, d'ailleurs, sur celui-ci pour avoir des nouvelles. Touchée, celle-ci lui en donna et où il se trouvait en ce moment. Puis elle rejoignit les autres et commencèrent les festivités.

En début de soirée, Rebecca pris Anzu en aparté pour lui parler. Celle-ci la regarda déconcertée, mais accepta. Elle lui proposa d'aller dans la cuisine pour être tranquille.

« Est ce que… enfin… il se passe quelque chose avec Yugi ? » Lui demanda t'elle génée.

Celle-ci stupéfaite, la regarda un instant. Puis elle se mit à rire.

« Mais non voyons ! Qu'est ce qui te fait dire ça ? Il n'est qu'un ami pour moi ! Certes très important, mais rien de plus je t'assure ! » Répondit-elle en la regardant droit dans les yeux pour la rassurer. « Serais tu … amoureuse de lui par hasard ? » Demanda Anzu en se penchant vers elle pour que celle-ci se confie.

« Bah ! … c'est-à-dire que… oui et je me posais des questions ! Mais… c'est génial alors ! » Répondit Rebecca, qui embarrassée rougit jusqu'au racine.

Anzu la regarda longuement contente et l'enlaça.

« Oui ne t'en fais pas je ne suis pas du tout amoureuse de lui » Dit-elle. 'Mais plutôt de…' Commença t'elle à penser, mais s'arrêta pour ne pas redevenir triste. Chassant cette pensée en secouant la tête, elle lui sourit pour la rassurer de nouveau.

Elles retournèrent dans le salon et elles continuèrent de faire la fête avec tout le monde. Ils se séparèrent tous et rentrèrent chacun de leurs côtés repus et heureux. En chemin Anzu se demanda si elle allait de nouveau faire ce rêve étrange.

Elle rentra chez elle et se coucha. Quelques minutes suffirent à peine pour qu'elle s'endorme. D'ailleurs un sourire venait d'apparaître sur ses lèvres car elle se retrouvait dans le même endroit que la veille. Elle marchait vers la lumière apaisante et distinguait de nouveau, ce jeune homme debout devant ce monument, qui lui semblait si familier. Cette fois ci, elle décida de s'approcher pour mieux le voir. Mais plus elle s'en rapprochait, plus la lumière était intense et brillante. Elle due se résoudre à abandonner, mais elle voyait toujours ces yeux qui la fascinait. Elle pouvait aussi entendre lui dire quelque chose, même si ce n'était pas distinct. De plus, elle avait encore plus l'impression de reconnaître cette personne ainsi que sa voix, mais elle n'arrivait pas à savoir qui il était vraiment. Puis la lumière commença à faiblir et le jeune homme commençait à disparaître. Elle ne voulait pas que son rêve s'arrête. Mais hélas, celui-ci disparaissait de plus en plus. Elle eut juste le temps de dire : « Mais qui est tu ? ».

Continue Reading Next Chapter

About Us

Inkitt is the world’s first reader-powered book publisher, offering an online community for talented authors and book lovers. Write captivating stories, read enchanting novels, and we’ll publish the books you love the most based on crowd wisdom.