Get Free Copy

100 free copies left

This novel is limited to 100 free copies due to its part in Inkitt’s Novel Contest.

0
Free copy left
You can read our best books
GwenDalaviria would love your feedback! Got a few minutes to write a review?
Write a Review

Hors-champ

By GwenDalaviria All Rights Reserved ©

Mystery / Horror

Hors-champ

13/11/15

Cher journal,

Mes vieux ont tort, être aveugle c’est un don du ciel. Je n’ai pas arrêté de me dire ça depuis qu’on est sorti de la boutique, oncle Butch et moi. Après ce qui s’est passé… Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie. Je ne sais pas ce que ce que j’ai entendu, et je n’ose pas lui en parler. Je ne sais plus quoi penser, je ne sais plus ce qui est possible.

Après la fermeture, oncle Butch m’a dit qu’il devait faire un saut à la droguerie parce qu’il n’avait plus de cachets pour ses ulcères. Il a dit qu’il avait tout fermé et qu’il ne serait pas long. Je n’étais pas inquiète, je me suis mise à faire le tour du magasin pour passer le temps. C’était silencieux, tout était normal. Puis tout d’un coup j’ai touché la jambe d’un mannequin du bout de ma cane, alors que j’étais devant la caisse. J’ai pensé qu’un des employés avait voulu me faire une mauvaise blague, et sur le coup ça m’a franchement déplu. Puis je me suis demandé pourquoi oncle Butch ne l’avait pas remarqué. J’ai voulu prendre le mannequin pour le remettre à sa place et en touchant son visage j’ai su que c’était un de ceux de la vitrine, celui avec le masque de chirurgien et les oreilles de lapin. Je sais que c’est oncle Butch lui-même qui l’a fabriqué, il m’a dit qu’il l’a gardé en souvenir du bon vieux temps. Au même moment ça a commencé à sentir le pourri sans que je sache d’où ça venait. Sur le coup j’ai songé à un refoulement d’égout. J’ai fait glisser mes mains du mannequin pour le prendre par la taille quand j’ai senti quelque chose se tendre à la base des bras. Au toucher on aurait dit de la viande. C’était chaud et humide. Quand j’ai appuyé dessus un liquide m’a coulé entre les doigts. Instinctivement je les ai essuyés sur ma chemise avant de m’éloigner du mannequin. Je suis partie vers l’arrière-boutique, et au moment où je posais ma main sur le cadre de porte qui sépare les deux pièces, j’ai entendu des bruits de pas. C’était une femme. Les interrupteurs étaient à portée de main alors j’ai tout éteint, puis j’ai posé ma canne à marcher le long du mur sans faire de bruit avant de m’immobiliser complètement. Je me suis contrainte à respirer par le ventre pour ne pas signaler ma position. Heureusement que mon téléphone était en mode vibreur. Je priais pour que la femme ne me trouve pas et qu’oncle Butch revienne.

Les pas se sont rapprochés, au point que j’ai commencé à me demander si je n’avais pas tout allumé au lieu d’éteindre. Et puis l’odeur de pourriture est revenue. Au fur et à mesure que la femme approchait de moi, l’odeur se faisait plus forte. Je me suis alors rendue compte que la femme respirait à travers un tissu. Je me suis mise à penser au mannequin, et en même temps je me disais que c’était ridicule, à moins que je ne sois la victime d’une très mauvaise farce. La femme s’est approché très près. Jusqu’à ce que je sente presque son souffle sur mon visage. J’ai froncé le nez tant l’odeur était insupportable. Soudain la porte de devant s’est ouverte. C’était oncle Butch qui rentrait. J’ai su alors que j’avais bien éteint, parce qu’il m’a appelé, et à son ton il était dans l’incompréhension. J’avais tellement peur de ce que cette femme pouvait lui faire, songeant que peut être elle était armée. Et puis je n’ai plus entendu sa respiration. L’odeur de pourriture s’est évanouie tandis qu’oncle Butch traversait la pièce en butant dans les portants. Il a rallumé la lumière et m’a touché le bras en demandant ce qu’il se passait. Je me suis blottie contre lui et j’ai fondu en larmes, en essayant vainement de lui expliquer ce qui venait se produire. J’ai dit qu’il y avait une femme dans le magasin, que j’avais éteint et pas bougé, qu’elle avait marché jusqu’à moi, qu’elle portait sans doute une cagoule vu sa respiration, … Il m’a gentiment contrainte au calme. D’après lui il n’y avait personne dans le magasin. C’est alors qu’il a demandé « Qu’est-ce qu’elle fait là, elle ? ». Je lui ai demandé qui, il m’a pris la main j’ai senti le mannequin sous mes doigts. Je les ai retirés de suite en me serrant contre lui. J’ai dit « Mais comment il est arrivé là ? ». Alors je me suis rendue compte de quelque chose de troublant. Quand oncle Butch m’a serrée la première fois, j’ai senti qu’il était inquiet. Puis après avoir vu le mannequin il a semblé se calmer très vite, comme s’il n’y avait rien d’anormal, alors que je venais clairement d’indiquer qu’il y avait eu une intrusion. Et comment le mannequin était-il arrivé là ? Oncle Butch m’a demandé si j’avais entendu quelqu’un entrer. Je me suis rendue compte que non. Je n’avais entendu personne, les bruits de pas avaient semblé surgir de nulle part. J’ai tendu la main précautionneusement et tâté mannequin. Il était parfaitement normal. J’ai songé à ma chemise et ai demandé à oncle Butch s’il voyait des tâches. Il m’a répondu que non et m’a serré gentiment l’épaule en disant qu’il allait « remettre cette vilaine fille à sa place » en parlant du mannequin. Pendant ce temps j’ai ramassé ma canne et ai tâtonné le plancher. J’avais peur de faire le moindre pas. Oncle Butch est revenu, m’a touché la main et je lui ai pris le bras. Sa réaction face à la situation m’a laissée perplexe, et je n’ai plus rien osé dire de ce qui s’était passé. On est sortis et montés en voiture. C’est à ce moment-là qu’il m’a pris la main et dit « Tu n’as absolument rien à craindre ». Il m’a fait une bise et on est rentrés. Le reste de la soirée s’est déroulé comme n’importe quelle autre, il a mis la radio et parlé des clients notables de la journée.

Je ne sais pas ce qui s’est réellement passé. Je n’ose rien lui dire. Sa réaction me laisse à penser qu’il en sait plus que moi… Je crois aux fantômes, mais je suis sûre que ça n’en était pas un. Ça avait un toucher et une odeur. C’était humain. Et bras, le liquide qui coulait…

Je ne veux pas me résoudre à penser que le mannequin a pris vie parce que ça a l’air impossible. Je sais juste que je n’ai pas rêvé ce qui s’est passé. J’ai peur. Je ne sais plus ce que je dois croire.

A bientôt,

Megan

Write a Review Did you enjoy my story? Please let me know what you think by leaving a review! Thanks, GwenDalaviria
Continue Reading
Further Recommendations

Someone: This was a fun, entertaining read. Although the novel wasn’t stylistically polished, and although the first couple of chapters struggled to hold my attention, the rest of the novel was engaging and beautifully done. You had me fooled until the end. The rest of this review will contain spoilers fo...

Jacquie Walker: This is one of the best books I have had the pleasure to read. Claudio has created a very "real" world brought alive as his words paint a rich tapestry of the lives of his characters and the world they live in as they journey toward their destiny.I recommend this to all who love this genre.... it...

Shayleen Seiberg: See, I wasn't sure if I'd like this story. But it turned out extremely well. It kept me interested the whole entire time. The only thing wrong with it is there are multiple grammatical errors. Not punctuation wise, but spelling wise and word placement wise. But overall, I loved the book.

Alex Rushmer: I read the first chapter, and I'm not sure I can handle anymore, but I certainly liked what I read. The idea of the drug, Fortis, was very interesting, and I enjoyed how you conveyed its effects. The beginning is very intriguing. I think I'd like to see you do a little more with the main characte...

C J Lawson: Nicely done. Good story with good characters, as well. I was very entertained by the story line, from beginning to end. I would definitely read more of this author's work.

dragonswilleise: I loved this book, it was nearly impossible to put down from start to finish. It was fast passed without being overwhelming and slowed down where needed. Overall this was an amazing novel that I will definitely recommend to others.

Jordan Young: *ALERT FOR POSSIBLE SPOILERS* Where to start? I don't know how to sum up this review, this story was absolutely sensational. Brilliant. Flawless. I loved every single bit of this story, it is truly amazing. I read this story in fifteen hours, it is magnificent. I loved everything about it, the p...

Felisa Yoder Osburn: I really enjoyed the story. Civil War stories are some of my favorites and the intertwining of the past with current times was wonderful. I look forward to reading the next stories.

Natasha Jade Smail: a good read and keeps you interested throughout the whole story and has some gruesome moments that were well described to get you into the story.

More Recommendations

M. Drewery: I was scrolling down the story list and stopped on Happy Days because I was briefly reminded of the TV show. I started reading the blurb and thought 'oh no another Zombie story' except it ended in the best possible way. Now I'm drawn into a fresh take on the zombie apocalypse, which takes a much ...

This story wasn't for you ?
Look at our most viral stories!
King's Lament

FreakyPoet: "you made me laugh, made me cry, both are hard to do. I spent most of the night reading your story, captivated. This is why you get full stars from me. Thanks for the great story!"

The Cyneweard

Sara Joy Bailey: "Full of depth and life. The plot was thrilling. The author's style flows naturally and the reader can easily slip into the pages of the story. Very well done."

This story wasn't for you ?
Look at our most viral story!
Spectra

Ro-Ange Olson: "Loved it and couldn't put it down. I really hope there is a sequel. Well written and the plot really moves forward."