Get Free Copy

100 free copies left

This novel is limited to 100 free copies due to its part in Inkitt’s Novel Contest.

0
Free copy left
You can read our best books
GwenDalaviria would love your feedback! Got a few minutes to write a review?
Write a Review

D'où viennent les mannequins

By GwenDalaviria All Rights Reserved ©

Mystery

D'où viennent les mannequins

Quand j’étais petite, je croyais que les mannequins de vitrines étaient des gens qu’on avait transformé. Je ne sais pas très bien d’où ça m’est venu, je m’imaginais que les vendeurs attiraient des clients dans l’arrière-boutique avant de les transformer en mannequins de bois. J’étais d’autant plus mal que certains mannequins étaient des enfants comme moi. Je n’avais qu’une peur, c’était de finir comme eux, incapable de parler ou de m’enfuir.

Je me souviens d’une fois, je devais avoir une dizaine d’années, c’était les soldes et ma mère m’avait emmené faire les magasins. On partait chacune de notre côté pour regarder les vêtements. Je me sentais très mal à l’aise à cause de tous les mannequins. Dans une des boutiques il y avait même un buste sur le comptoir. J’essayais de ne pas le regarder quand une dame m’a interpellée. Elle m’a dit que j’étais toute calme et a demandé si ça allait. Je lui ai répondu timidement que oui. Quand je l’ai regardée, j’ai senti comme des papillons dans mon ventre. C’était une jolie demoiselle avec des cheveux noirs, je me souviens qu’elle portait un gilet avec une broche en forme de lapin. Elle avait son nom épinglé en dessous, je crois me souvenir que c’était Cathy. Je lui alors demandé timidement d’où venait les mannequins du magasin. Cathy m’a montré de plus près un mannequin dans la vitrine et m’a dit que c’était son oncle qui les fabriquait. Elle disait qu’ils étaient en bois peint et qu’on pouvait les détacher en morceaux, que c’était comme des poupées géantes. Malgré ma petite histoire, j’avais envie de la croire, et ça m’a fait me sentir mieux. Ma mère est revenue vers moi et je lui ai montré les robes que j’avais trouvé. Il y en avait une qui me plaisait vraiment bien, mais elle a dit qu’ils n’avaient pas ma taille. Alors Cathy a dit qu’ils pouvaient la commander et nous passer un coup de fil avant la fin de la semaine. J’étais toute contente, et ma mère aussi. Elle a toujours voulu me faire plaisir. A ce moment-là, un homme a appelé Cathy depuis l’arrière-boutique. Il avait la voix grave et ça m’a fait peur. Cathy lui a répondu « Je viens oncle Butch » et m’a donné un bonbon avant que je m’en aille. Je l’ai déballé en sortant et ma mère est allé jeter le papier dans une poubelle. Je me suis laissée aller à regarder les mannequins dans la vitrine. Un homme est venu en déplacer un au même moment. Je ne me souviens pas très bien à quoi il ressemblait, seulement qu’il avait les cheveux longs et qu’il s’est mis à sourire quand il a croisé mon regard. Il m’a fait tellement peur. On est décidément impressionnable à cet âge-là.

J’ai passé le reste de la semaine à décrocher tous les coups de téléphone en imaginant à chaque fois que c’était pour ma robe. Puis j’ai fini par entendre la voix de l’homme qui avait appelé Cathy dans le magasin. J’ai passé le téléphone à ma mère et elle a dit qu’on allait pouvoir aller chercher ma robe. On est retournées à la boutique, et c’est alors que j’ai vu un mannequin dans la vitrine qui ressemblait étrangement à Cathy. Je l’ai fait remarquer à ma mère, mais elle m’a répondu qu’elle n’était pas douée pour se rappeler les visages. Dans la boutique, j’ai pu constater que le vendeur qui avait téléphoné était le même qui m’avait souri quand nous étions sorties la dernière fois. J’étais pétrifiée de peur. Je me souviens l’avoir suivi du regard quand il est parti dans l’arrière-boutique. Dans l’attente, je me suis mise à sonder les rayonnages du regard à la recherche de Cathy. Je m’étais déjà persuadée que son oncle l’avait transformée en mannequin et mise dans la vitrine. J’étais soulagée de voir une dame venir me tendre ma robe. Le vendeur est passé derrière elle et m’a souri. Mais ce n’était pas vraiment le genre de sourire qui rassure les enfants. Avant de partir, la vendeuse m’a donné un bonbon. Ma mère est allée jeter le papier. Et quand elle a ouvert la poubelle, j’y ai vu le gilet à broche de lapin que portait Cathy. C’était bien le même, il n’y avait pas de doute possible. J’avais tellement peur. Je n’ai plus jamais voulu retourner dans cette boutique, j’avais tellement peur des mannequins que ma mère a fini par m’emmener chez un psy. Je n’ai jamais osé rien raconter, j’avais trop peur qu’on ne me prenne pas assez au sérieux, comme quand ma mère a dit ne pas se rappeler des visages. Je croyais sincèrement que Cathy avait été transformée en mannequin par son oncle et qu’il avait fait disparaitre les preuves en jetant son gilet dans la poubelle. Puis j’ai fini par oublier toute cette histoire et arrêter d’avoir peur des mannequins. En y repensant maintenant, je me demande comment je pouvais inventer de pareilles histoires. J’imagine que c’est le propre des enfants.

Mais, récemment je rentrais du lycée et j’ai vu un mannequin dans une vitrine qui ressemblait trait pour trait à celui du magasin quand j’étais petite, celui dont je croyais que c’était Cathy. C’était une boutique de lingerie un peu coquine, ils lui avaient ôté les bras et mis des fausses oreilles de lapin et un masque de chirurgien, mais je l’ai reconnu aux traits de son visage. Il m’avait tellement marqué à l’époque. Je conçois que les mannequins ont des marques comme le reste, donc certains magasins peuvent avoir des mélanges dans le lot. Mais celui-là dépareillait. A y repenser, je n’ai jamais eu l’occasion de voir des mannequins comme ceux du magasin où travaillait Cathy. Je me suis détournée de la vitrine pour ne pas avoir l’air de reluquer quand j’ai bousculé quelqu’un. J’étais sur le point de m’excuser quand il s’est exprimé d’une voix grave, disant qu’il était désolé et ne m’avait pas vue. J’ai levé les yeux et ai reconnu l’oncle Butch. J’ai bafouillé quelque chose d’inintelligible. Il m’a adressé le même sourire qu’autrefois. Maintenant je peux poser un mot-dessus, il était glaçant. Je suis partie à la sauvette sans me retourner. Je ne l’ai plus revu depuis. Et comme je suis parano, j’ai changé de trottoir depuis. Mais je vois toujours ce mannequin du coin de l’œil. J’aimerais vraiment savoir d’où il vient.

Write a Review Did you enjoy my story? Please let me know what you think by leaving a review! Thanks, GwenDalaviria
Continue Reading
Further Recommendations

Deleted User: As a teacher/scholar of British literature, there's nothing I like more than a well-informed tale of historical fiction, particularly one dealing with the murky events around Elizabethan England. Black Dog is full of gritty, well-chosen details that make the period come to life, and a plot that ...

Spring: I normally don't read fiction novels, but I absolutely enjoyed reading Silent Shadows! The style is quite different from the previous fiction novels I've attempted to read. Great job!

Felisa Yoder Osburn: I really enjoyed the story. Civil War stories are some of my favorites and the intertwining of the past with current times was wonderful. I look forward to reading the next stories.

Jacquie Walker: This is one of the best books I have had the pleasure to read. Claudio has created a very "real" world brought alive as his words paint a rich tapestry of the lives of his characters and the world they live in as they journey toward their destiny.I recommend this to all who love this genre.... it...

Ashley Stryker: So I'm writing this review, keeping in mind that this is a work in progress and it's part of National Novel Writing Month (NaNoWriMo), so my "deeper" critiques will be saved until it's all finished up.+ Chapter One: A stewardess would not talk to anyone quite like that, particularly a clear minor...

Justin P Wade: I have read only Ch.1 so far, a very cinematic piece the writing flows well and the 'show' rather than 'tell' used well, a lyric of images I think. It is engaging and I would be keen to continue reading. I get a 1950s U.S.A feel from both the prose and the setting.

Jordan Young: *ALERT FOR POSSIBLE SPOILERS* Where to start? I don't know how to sum up this review, this story was absolutely sensational. Brilliant. Flawless. I loved every single bit of this story, it is truly amazing. I read this story in fifteen hours, it is magnificent. I loved everything about it, the p...

This story wasn't for you ?
Look at our most viral stories!
Iosaghar

FreakyPoet: "you made me laugh, made me cry, both are hard to do. I spent most of the night reading your story, captivated. This is why you get full stars from me. Thanks for the great story!"

The Cyneweard

Sara Joy Bailey: "Full of depth and life. The plot was thrilling. The author's style flows naturally and the reader can easily slip into the pages of the story. Very well done."

This story wasn't for you ?
Look at our most viral story!
Spectra

Ro-Ange Olson: "Loved it and couldn't put it down. I really hope there is a sequel. Well written and the plot really moves forward."