Write a Review

AU DELA DU VOILE

All Rights Reserved ©

Summary

Isabella jeune fille, vierge, croise le chemin d’un homme énigmatique. Leur rencontre passionnelle se déroule dans l’anonymat la plus totale au cours de laquelle, le visage du mystérieux inconnu reste dissimulé. Obsédé par cette expérience, elle n’espère qu’une chose, revoir le mystérieux inconnu qui l’a fait découvrir un niveau de plaisir insoupçonné. Quelques mois plus tard, elle se retrouve dans une nouvelle ville et croise un homme qui lui rappelle étrangement cet inconnu. Est-ce lui ? Vont-ils se retrouver ? Le destin d’Isabella nous le dira. Samuel est un homme à la fois beau et intelligeant mais, c’est le gars très frivole qui tire sur tout ce qui bouge. Enchainant les conquêtes sans réelle attache. Le stéréotype même du Play boy irrésistible qui ne laisse aucune femme indifférente et n’est cependant pas un cœur à prendre. Pourtant, Lors de l’une de ses sorties, il fait la rencontre d’une jeune fille des plus ordinaires, leur rencontre fortuite les entraine dans un moment magique et inoubliable. Malgré sa carapace, elle parvient à s’immiscer dans ses pensées et son cœur. Se laissera-t-il apprivoiser par elle ?

Genre:
Romance / Erotica
Author:
Flore_d
Status:
Ongoing
Chapters:
54
Rating:
4.8 21 reviews
Age Rating:
18+

SAMUEL

EVALORA ,

19heures.

SAMUEL



Accompagné de mes amis d’enfance, nous avions organisé une sortie bien méritée pour nous détendre et nous amuser. Ça faisait un long moment que nous ne l’avions pas fait. Entre notre équipe de basketball de l’Université et nos études, nous n’avons pas vraiment de temps pour nous. Nous avions déjà fait le tour de toutes les villes du pays. Harold mon pote nous parlait d’un endroit assez sympa dans un petit village d’ACANVILLE. Un endroit très diffèrent de ceux que nous fréquentions d’habitude. Une sorte de bar à jus ? Mais… qui va s’asseoir dans un endroit pour boire du jus ? Pourquoi diable Harold nous a emmené dans ce type de bar ? C’est ridicule ! Heureusement, Francis, l’As sûr du groupe, comme toujours, avait une bouteille de whisky dans son sac que nous mettions discrètement dans nos verres de jus, vu que l’alcool était interdit dans ce bar. Nous buvions et faisons la fête. Francis, c’est le capitaine de l’équipe. Du haut de ses un mètre quatre-vingt-dix, c’est toujours celui-là qui renforce notre enthousiasme. En plus d’être capitaine, il est le leader naturel de notre groupe. Sa personnalité et son pouvoir rassembleur font de lui le liant qui maintient unie notre petite troupe. Aussi, nous respectons son autorité en raison de son statut d’aîné parmi nous. Nous nous entendons tous très bien. Mais, dans notre groupe, il y a des petites fractions qui se sont formées. Des personnes avec qui on s’entend le plus. Parmi mes coéquipiers, il y a Christ, mon meilleur ami, nous nous connaissons depuis le primaire. Il n’a pas pu se joindre à nous pour cette sortie car sa copine et lui avaient d’autres plans. Le pauvre. Il se laisse mener par le bout du nez par une nana. Moi, jamais je ne tomberai aussi bas. La seule femme au monde qui peut me mener par le bout du nez c’est ma mère. Après elle, c’est le virage. Christ me dit tout le temps, que c’est parce que je ne suis pas encore tombé sur la bonne mais, je lui réponds toujours qu’elles ne sont bonnes qu’au lit.

Je ne suis pas un cœur à prendre.

L’équipe est comme une seconde famille pour moi. Comme toutes les familles, on a souvent quelques petites embrouilles mais rien de sérieux et on finit toujours par se calmer car pour la plupart, on se connait depuis le lycée. Je les ai rencontrés quand je faisais encore mes pas dans le monde du sport. Depuis lors, le basket est devenu une passion. Je suis Samuel ROYLER et j’ai 23 ans. C’est ma dernière année à l’université avant que je n’obtienne mon Master en Gestion d’Entreprise et j’ai décidé d’en profiter au maximum parce qu’après cela, je n’aurai plus ce privilège. J’entrerai dans la vie contraignante et ennuyeuse du travail. Aussi, je quitterai l’équipe de basket de l’université et cela va drôlement me manquer. Mon père attend des résultats excellents. Après mon Master, il veut que je rejoigne la gestion des entreprises ROYLER.

C’était prévisible.

Il ne cesse de me rabâcher cela. Il est clair que je suis plus qu’intéressé par l’offre de mon père mais, à un moment donné, il faut que je me détende. Cependant, il y a un problème urgent que je dois résoudre. J’ai commis une erreur à ma première année à l’université. Celle de b**ser mon professeur de « Gestion des Opérations » ; je l’avais tellement bien b**sé qu’elle en est devenue accro. Je ne sais pas ce qu’elle s’était mise en tête, mais elle croyait qu’il pouvait se passer quelque chose entre nous. C’est mal me connaître. Si j’avais géré la situation autrement, je n’aurais pas eu d’ennuie mais, le lendemain après qu’on ait passé une nuit torride, elle m’a vu dans les couloirs de l’université en train d’embrasser une étudiante alors, ça l’a mis en pétard. Elle croyait que j’étais sa propriété ou quoi ? Et depuis ce jour, elle s’est assurée que je n’allais jamais passer sa matière et elle l’a bien appliqué. La preuve, chaque année, je suis recalé à cette matière. Heureusement qu’elle ne constitue pas l’une de mes matières de base donc bien qu’étant recalé, je pouvais évoluer sans problème. Mais, je suis arrivé à la dernière année de mon cursus de Master et sans cette note, je risque de ne jamais avoir ce diplôme car il faut être impeccable depuis le Niveau 1. J’avais espéré qu’avec le temps, mon professeur lâcherait prise sur sa rancœur mais non, je me suis trompé. Elle s’est avérée bien plus rancunière que ce que je ne croyais. Ça fait quatre ans aujourd’hui qu’elle me fait chier ; quatre ans que j’ai un zéro en sa matière. Cela risque de me porter préjudice. Mon père n’est pas au courant de ce petit détail auquel cas, ça sera fini pour moi. Christ m’avait conseillé de dénoncer mon professeur car elle n’a pas le droit d’agir de cette façon. De plus, elle est plus exposée que moi et risque de perdre bien plus que moi si cette aventure venait à se découvrir par l’Administration car les relations entre étudiants et professeurs sont interdites. J’ai refusé de la dénoncer car primo, je ne suis pas une balance, je me suis mis moi-même dans cette impasse et je dois la réparer par moi-même et deuxio, je ne veux en rien ternir l’image et la réputation des ROYLER car la presse à scandale est toujours à l’affût du moindre potin concernant les familles puissantes. Je ne souhaite pas décevoir mon père. Donc, mes problèmes je les gère seul. Et pour avoir mon Master, je dois absolument passer cette matière cette année, je ne dois pas me permettre d’échouer mon diplôme à cause d’une matière du Niveau 1.

Mon père me tuerait !

Je dois vite trouver le moyen de régler ce satané problème avec Madame Viviane, mon professeur.

Nous venons de finir notre petite soirée, les autres décident de rentrer mais moi, je préfère rester et attendre le levé du jour. Conduire après avoir bu autant n’est pas l’idée la plus brillante. Je juge prudent de rentrer au petit matin. Mes amis me parlent d’un hôtel pas loin du bar à jus où nous nous trouvons. Je crois que je vais m’y prendre une chambre. Nous nous séparons. Je sors du bar, ma voiture est garée à quelques mètres. C’est une Maserati Gran Turismo, couleur noire. Tape à l’œil, je sais. Je ne manque jamais l’occasion d’exhiber la richesse de mes parents. Je démarre et je pars à toute vitesse. Je me gare dans le parking dudit hôtel. Vu de l’extérieur, il est moyen. C’est un trois étoiles, m’a-t-on dit ! C’est le seul avec un nombre d’étoiles élevé dans les environs à ce qu’il parait. Je n‘ai pas l’habitude de dormir dans des hôtels aussi bas de gamme. Je sors, traverse le hall où j’aperçois la réceptionniste concentrée sur son smartphone. Quand elle ressent ma présence, elle lève les yeux sur moi. Je la vois rougir instantanément. Je m’exaspère de cette réaction ; C’est toujours la même ! Encore une autre femme qui va me tourner autour. Je la vois balbutier... la pauvre, elle perd ses moyens. Je la prendrais bien pour ce soir, mais je ne la trouve pas à mon goût ! Même si je tire sur tout ce qui bouge, j’ai quand-même une certaine sélection. En plus je n’ai vraiment pas envie de sexe là maintenant.

Je crève la dalle !

Je règle ma chambre et récupère les clés. Le numéro de ma chambre inscrit sur le porte-clé attire mon attention : Chambre 69 ! Pour un numéro, on dirait de la provocation. Elle a fait exprès de me donner ce numéro ou bien ce n’est que pure coïncidence ? Je commence déjà à avoir des idées tordues ! Non Samuel ! On reste focus. Tu ne baiseras pas la réceptionniste ! Je secoue ma tête pour chasser ces idées de mes pensées. Je lui demande s’ils ont un service de restauration. Je la voie battre des cils. Je rêve ou elle essaie de me faire les yeux de biche ? Ça ne marche pas pour aujourd’hui ma cocotte j’ai fait vœux de chasteté pour ce weekend. Et je compte bien le tenir.

— Eh oh ! L’interpellé-je car elle ne m’avait pas répondu.

Elle était plus occupée à me mater, la bouche ouverte.

— Oui… euh… non ! Balbutia- t- elle.

Elle est presque bandante, mais du calme Samy. Tu as dit pas de sexe ce weekend.

— Je peux avoir à manger ici ou pas ? Demandais-je les sourcils froncés.

— Nous… Nous n’avons pas de service de restauration. En revanche, nous pouvons vous recommander un service en ligne qui fait de très bons plats à emporter, ils sont très efficaces. Si vous commandez, en moins de trente minutes vous serez servi. M’explique-t-elle d’une voix mielleuse.

Je la regarde. Elle est sérieuse là ? Oh mon dieu ! Dans quel hôtel miteux je me suis embarqué ? Ils disent être trois étoiles, mais n’ont pas de restaurant ? Super! Tout ça à cause de cette cruche d’Harold qui a eu la stupide idée de me faire venir dans ce trou ! Le seul hôtel un peu décent n’a pas de restaurant sur place. Mais j’ai faim, bon sang ! Et je ne peux même pas dire que je vais arpenter les rues car je ne connais personne et je ne connais non plus les habitudes des gens de cette ville. Je ne sais pas s’ils s’en prennent aux étrangers. De plus, il se fait tard.

— Vous devriez vous décider, Monsieur, car le fast food ferme à 23 heures et il est déjà plus de 22 heures. Dit-elle d’une voix douce en passant sa mèche derrière son oreille.

Je la vois se tortiller sur place. Je la calmerais bien mais, comme je l’ai dit, pas de plan cul ce weekend ! Sans dire un mot, je m’éloigne. Je l’entends soupirer derrière moi. Désolé ma jolie, mais ce n’est pas ton jour de chance aujourd’hui. Il faut avouer que son côté un peu bitch qui fait la timide est excitant.

Elle est subtile pour une chaudasse ! Comparée aux réactions des filles de mon université qui sont plus directes et qui se jettent littéralement sur moi, elle s’est juste limitée à m’envoyer des signaux subliminaux, peut-être involontairement. Elle n’a même pas eu le courage de me demander mon numéro de téléphone… bien différent des filles de la grande ville. Ces hystériques qui tournent autour de moi seulement pour mon physique et mes avoirs car je ne vais pas le mentir, j’ai été gâté par la nature.

Une seule femme ne doit pas profiter de tout cela ! Il faut être généreux !

Je me réserve de tomber amoureux. Quand une fille me plaît, je la baise ; je lui laisse ma marque, comme ça elle se souviendra de moi toute sa vie et après, je m’en débarrasse. Les sentiments je m’en tape ! Tout ce qui m’importe pour le moment, ce sont mes études, car mon père veut que je le succède dans ses entreprises d’ici quelques années. J’ai toujours été préparé à cela. Prendre la relève et cette idée m’a toujours enthousiasmé. Je ne me suis jamais vu ailleurs de toute façon. Je joue au basket juste pour le plaisir et aussi avoir les filles à mes pieds parce qu’à ce qu’il parait, elles adorent les grands sportifs.

Une fois dans la chambre qui m’a été assignée, je suis déçu par le décor fade et sans personnalité. Les murs sont d’une couleur terne, les meubles sont basiques et il n’y a aucun élément de décoration pour égayer l’atmosphère. Le décor est très loin de ce à quoi j’ai l’habitude lorsque je séjourne dans des hôtels. Toutefois, je dois m’en contenter, je n’ai pas trop le choix. Je me débarrasse de mon perfecto en le jetant sur le sofa et je m’assois sur le lit qui est étonnement confortable malgré tout. Cependant, ma faim se fait de plus en plus ressentir. Avec l’équipe, on s’est entraîné toute la matinée, juste après, je me suis plongé dans mes révisions et l’après-midi, on était déjà dans les alcools. Je crois que je dois me mettre absolument quelque chose sous la dent sinon je n’arriverai pas à dormir. Finalement je vais commander dans ce fast-food que m’a conseillé la réceptionniste. Je prends le combiné et j’appelle le numéro de la réception.

— Ma jolie, finalement j’ai changé d’avis. Je veux bien commander un truc à manger. J’espère qu’il n’est pas trop tard.

— Euh… d’accord, je note votre commande. Que désirez-vous ?

— Ils ont du poulet avec des frites?

— Oui Monsieur. Des précisions pour votre commande ?

— Sauce piquante. Pas de mayonnaise, pas d’oignons.

— Bien, Monsieur. Je passe votre commande tout de suite.



Continue Reading Next Chapter
Further Recommendations

Sandy Montanino: Ok so I wrote the review in the title since apparently I don’t follow directions well 🤷🏻‍♀️ but great story truly enjoyed it so far and planning to finish it today 🥰

Beverley: I enjoyed the book and the storyline was funny sad and well written I look forward to reading more of your storys

cwalton1951: Scared for Dr Bart. Will he come back from the Yukon?

María Del Carmen: Buena redacción, signos bien colocados que hacen fácil la lectura y comprensión

تشيشا بيرسي: I loved the all idea of the story but at some point on how they met was predictable it would have been more thrilling if there was not much of some fairytale meet up but just something unusual and unexpected

laulowinski: This is a very nice story, the pace is fast but very enjoyable.I recommend this book to everyone who like spicy stories

Army gurl: I love this novel soo much

Viola.: Tolles Buch 👍😄

More Recommendations

Bluehope: Ich bin gespannt wie es weiter geht. Musste einmal schmunzel da sie mit ihrem Haar durch seine Haare ging. Hand war wohl gemeint ;) Sehr gelungene Story und gut nach zuvollziehen. Bin sehr gespannt wie es weiter geht. Und welche Gefahren auf die zwei noch zu kommen.

Saloni Acharya: The whole series is so good. It’s like you can’t keep it down without reading it the whole way and then start the next one. Time flies and you don’t realise it’s late night and you have to go to sleep 😂. The characters are awesome with strong plots and love every couple. 😍🥰

Mharms: It is nice that it is a serial of stories, book to book. The storyline is fast moving through history.

marilyn: It's awesome to hear about all these shifters finding their fated mates. I can't wait to hear more about them. I also want to hear about the cubs. And for Daryl to find his mate.

About Us

Inkitt is the world’s first reader-powered publisher, providing a platform to discover hidden talents and turn them into globally successful authors. Write captivating stories, read enchanting novels, and we’ll publish the books our readers love most on our sister app, GALATEA and other formats.